Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Openoox, l'agrégateur de favoris qui se rêve en "moteur de recherche humain"

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Openoox, une jeune pousse soutenue par Pierre Kosciusko-Morizet, Marc Simoncini et Denys Chalumeau, lance un agrégateur de favoris. Dans un deuxième temps, la start-up compte se transformer en "moteur de recherche humain" en s’appuyant sur ses membres et les favoris qu’ils auront stockés.

Openoox, l'agrégateur de favoris qui se rêve en moteur de recherche humain
Openoox, l'agrégateur de favoris qui se rêve en "moteur de recherche humain" © Openoox

Après une année de tests, la jeune pousse Openoox lance la première version grand public de son gestionnaire de favoris éponyme. Le service permet à l’internaute d’enregistrer n’importe quel lien dans un dossier ou un sous-dossier thématique. "Nous nous adressons à des utilisateurs intensifs du web, comme les développeurs ou les journalistes," précise Lorenzo Nuccio, co-fondateur de l’entreprise.

 

En décembre, trois grands noms du Web français, Pierre Kosciusko-Morizet, co-fondateur de Price Minister, Marc Simoncini, fondateur de Meetic et Sensee et Denys Chalumeau, fondateur de SeLoger.com et BilletReduc.com, ont marqué leur soutien à l'entreprise en participant à une levée de fonds de 1 million d’euros.

 

Les favoris des internautes plutôt que les algorithmes

Mais Openoox ne veut pas se contenter d’être un agrégateur de liens. Il a déjà un deuxième objectif dans sa ligne de mire : devenir le premier "moteur de recherche humain". Il s’appuiera ainsi sur les bookmarks des internautes et leurs recommandations plutôt que sur un algorithme aussi sophistiqué soit-il. Dès qu’il aura suffisamment d’utilisateurs et donc de favoris enregistrés, il s’en servira pour donner de meilleures réponses au sein de son propre moteur.

 

Le modèle économique, classique, comprendra une partie de publicité ciblée, et ultérieurement un service premium. Et la publicité sera d’autant mieux ciblée qu’elle s’appuiera aussi sur les favoris mis de côté par les membres. De quoi voir aussi dans OpenOox un nouvel exemple de répartition asymétrique des revenus entre plates-formes du numérique et internautes...

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

christophe chopin

06/01/2016 09h23 - christophe chopin

Merci pour cet article. Comment Openoox comte-ils lutter contre les outils similaires comme Pinterest ou Evernote qui sont tellement populaires et avec tellement d'année en avance en terme de contenu sélectionné par les utilisateurs qu'ils sont presque indétrônables ? Ces outils peuvent devenir des moteurs de recherche humains immédiatement. A la différence de Openoox qui devra attendre des années pour collecter un minimum de contenu viable à offrir pour supporter le principe de moteur humain.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale