Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Orange reste muet sur ce qu'il gardera de Bouygues Telecom, et ce qu'il laissera à ses concurrents

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Orange, SFR et Free se seraient déjà partagé les morceaux de Bouygues Telecom, selon le Figaro. Des fréquences chez Free mais sans doute pas de réseau. Des clients répartis chez les uns et les autres… A la veille de ses résultats annuels, Orange dément et ses concurrents refusent de commenter.

Orange reste muet sur ce qu'il gardera de Bouygues Telecom, et ce qu'il laissera à ses concurrents
Orange reste muet sur ce qu'il gardera de Bouygues Telecom, et ce qu'il laissera à ses concurrents © Bouygues Telecom

Selon le Figaro, Orange, Iliad (Free) et SFR se seraient mis d'accord sur un schéma de partage des actifs de Bouygues Telecom. Le quotidien a évoqué le 12 février, l’intérêt de Free (Iliad) pour les fréquences mais moins pour les réseaux, le tout aurait été évalué à 2 milliards d’euros. Iliad se refuse à tout commentaire.

 

Des clients éparpillés ?

La clientèle, elle, ferait l’objet d’un partage entre les trois concurrents de Bouygues Telecoms. Orange garderait les clients classiques, plus rémunérateurs, laissant les clients d’entrée de gamme ou professionnels à Free et SFR. Le quotidien évoque la question de l’emploi, dont la problématique est déjà bien cernée. Orange devrait conserver les très prisés emplois techniques associés au déploiement et à la maintenance des infrastructures. En revanche, il est peu probable que l'opérateur historique conserve toutes les boutiques et tous les agents commerciaux. Le Figaro évoque la récupération par Iliad d’une cinquantaine de magasins (sur les 550 existants). 

 

Un inévitable partage, et des discussions...

Orange annoncera ses résultats annuels le 16 février, alors cette opération de rachat n'est pas encore validée. C'est donc sans surprise que l’opérateur "dément formellement un quelconque accord sur le partage et la valorisation des actifs" de Bouygues Telecom, mais confirme que les discussions continuent. No comment chez ses concurrents. Depuis l’annonce par Orange de sa volonté d’acquérir ce dernier, les rumeurs vont bon train sur le partage du gâteau. Afin de ne pas tomber sous le coup d’un blocage par les autorités de la concurrence, européenne ou française, Orange ne pourra avaler la filiale du groupe de BTP qu’en se séparant de certains actifs. Il devra se délester d’une partie du patrimoine commun : fréquences, réseau, abonnés...

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

à la une

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale