Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Pour former vos équipes au numérique, plongez-les dedans

| mis à jour le 31 août 2015 à 10H43
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Enquête Pour ne pas se faire submerger par la transformation digitale en cours, les entreprises innovent avec de nouvelles méthodes pour former leurs salariés, adaptées aux différents profils ciblés.

Pour former vos équipes au numérique, plongez-les dedans
Orange multiplie les actions pour la formation de ses managers au numérique, avec notamment des voyages en Europe ou la création d’une digital academy. © Anatoli Gloukhov

Comment enseigner une révolution ? Comment former ses salariés aux transformations engendrées par le déferlement numérique dans les business models, les organisations du travail ou les supply chains ? Pour Antonin Torikian, de l’Institut Fabernovel, "le numérique n’est plus le sujet, puisqu’il est partout ; nous sommes passés dans l’ère post-numérique. La question est de savoir comment les nouveaux modèles issus de cette révolution se diffusent dans les organisations". Face à ces défis, aussi bien culturels que technologiques, la formation doit se réinventer.

 

Faire vivre des expériences

 

Pour comprendre le mouvement de fond, rien ne vaut l’immersion. Le numérique, ça se palpe, ça se hume, ça se vit. "Pour les grands groupes, rencontrer des innovateurs, des organisations plus agiles, est très formateur", insiste Antonin Torikian. Mi-juin, le groupe Edenred (Ticket restaurant, Kadeos) a embarqué son PDG et 13 membres du comité exécutif en "learning expedition" d’une semaine à San Francisco. Au programme : rencontres avec des start-up, "ouverture de chakras sur le big data par un professeur de Berkeley", selon la DRH Jeanne Renard, puis travail collectif sur une start-up du groupe à faire grossir. "Nous vivons depuis 2010 une bascule complète du papier vers le digital et nos métiers se transforment, explique la DRH. Il faut faire évoluer notre puissance industrielle, l’enrichir de nouvelles compétences et diffuser cette nouvelle culture en interne".

 

Chez Orange, les 280 cadres dirigeants ont bénéficié d’une "learning expedition" à San Francisco, pendant qu’une centaine de membres de la fonction RH sont partis dans plusieurs pays européens rencontrer start-up, universités, incubateurs et espaces de coworking. Solocal (Pages jaunes) organise l’expérience différemment avec, depuis deux ans, des hackathons internes. Cette année, 270 participants ont concouru sur le thème de l’amélioration du service aux clients. "Ca nous a permis de développer plus de cinquante projets innovants pour l’entreprise, explique le DRH Julien Veyrier, et de faire se côtoyer des gens qui ne travaillent pas souvent ensemble. C’est proche de ce que doit être une entreprise digitale, où l’innovation est partout."

 

Autre mode innovant de formation, l’immersion dans un incubateur de start-up, que pratique Edenred grâce un partenariat avec le Numa (un accélérateur parisien). Durant un ou deux jours, les nouveaux cadres entrant dans le top 600 du groupe échangent avec des start-upeurs sur les modes de développement, les méthodes de travail ou les "pitchs" de cinq minutes pour convaincre. Ces deux dernières années, le groupe a aussi organisé des hackathons internes. Il inclut dans ses formations au numérique des séances de coaching sur les mécanismes comportementaux.

 

Rendre les salariés acteurs de leur formation

 

"On commence par le haut pour ensuite diffuser la nouvelle culture digitale à tous nos salariés", explique-t-on chez Edenred. Pour y parvenir, rien ne vaut les outils numériques. "De nombreux collaborateurs souhaitent découvrir par eux-mêmes, alors on leur met des outils à disposition", explique Julien Veyrier, DRH de Solocal. La "digital academy" créée en 2014 a formé 300 collaborateurs et le groupe espère que tous ses salariés en bénéficieront d’ici à un an. Ils ont à leur disposition sur l’intranet un mooc incluant des vidéos de trois minutes sur des thématiques précises. En février 2014, Orange a aussi lancé sa digital academy. Ses salariés peuvent passer un test via un passeport digital, proposant une série de quiz et vidéos en accès libre sur un mooc maison.

J’ai suivi la formation big data de Polytechnique pour enrichir les services que Salesforce propose à ses clients et mieux comprendre l’écosystème des données.

Raphaël Lechallier, program architect chez Salesforce

 

80000 d’entre eux l’ont obtenu, soit les deux tiers des salariés français, et 80% des managers. "Les autres sont rétifs ou considèrent qu’ils sont en avance et n’en ont pas besoin", explique Ludovic Guilcher, DRH groupe adjoint. Toujours en accès libre sur l’intranet, un module sur les big data est proposé depuis mai, un autre sur la sécurité des données se prépare. Edenred a choisi le serious game pour tous. Le contenu sur la sécurité juridique a été conçu en collaboration avec d’autres entreprises. En trois semaines, 15% des 1000 personnes visées s’étaient connectées au jeu. Kering, ex-groupe PPR, a ouvert l’an dernier une plate-forme virtuelle, l’eCampus, sur laquelle les salariés retrouvent des informations et des vidéos sur le numérique, des cours en ligne et peuvent échanger entre eux.

 

Approfondir les sujets

 

Après avoir sensibilisé les dirigeants aux enjeux et acculturé tout le monde, il reste à spécialiser les salariés selon leurs fonctions. Chez Solocal, "on fait du massif, en formant tous nos salariés, mais aussi de la profondeur, parce que tous les métiers n’ont pas les mêmes besoins". Une centaine de salariés suivront cette année des spécialisations longues (une semaine), débouchant sur des certifications. Orange va créer un module de formation pour ses community managers. Télécom Evolution, l’offre de formation continue des écoles télécoms, propose déjà de nombreuses spécialisations technologiques. Et leur version vulgarisée dans un programme intitulé "Comprendre pour dialoguer avec les experts" permet en deux ou trois jours de parfaire ses connaissances sur l’internet des objets ou la cybersécurité… Cet automne, Polytechnique a lancé une formation technique de 20 jours dédiée aux big data. "Nous ne cherchons pas à former des praticiens, mais à faire comprendre à de futurs chefs de projet quelles sont les difficultés de leurs équipes", précise Erwan Le Pennec, coresponsable du Data sciences starter programme.

 

Architecte programme chez Salesforce, éditeur de solutions SAS, Raphaël Lechallier, 41 ans, a suivi cette formation "pour enrichir les services que Salesforce propose à ses clients et mieux comprendre l’écosystème des données". Les managers, eux, sont invités à s’adapter au collaboratif. "Avec le digital, les compétences du leader évoluent, on lui demande moins d’expertise, plus d’animation d’équipe", analyse Antonin Torikian. Solocal va lancer une "management academy". Chez Edenred, une cinquantaine de managers seront formés aux nouvelles compétences attendues en les plaçant "dans la posture de faire grandir les gens", explique la DRH Jeanne Renard. à partir de la rentrée et jusqu’en 2017, Orange compte former 80% d’entre eux au mode collaboratif, "pour qu’ils introduisent de la gestion de projet dans leur management", explique Ludovic Guilcher. Les services RH sont d’ailleurs les prochaines cibles de la formation au numérique dans les entreprises, car ils sont en première ligne des nouvelles organisations du travail.

Effervescence autour des big data

"La demande de formation en big data est importante, car les besoins des entreprises évoluent fortement, et il y a peu ou pas de formation initiale." Erwann Le Pennec, professeur associé à Polytechnique et coresponsable du Data sciences starter program lancé en 2014, note "un frémissement d’intérêt chez les industriels, qui commencent à stocker leurs données mais ne savent pas encore comment les exploiter". HEC et trois écoles de ParisTech (Télécom, Agro, Ensae) proposeront cet automne une formation sur les big data pour les décideurs, "un sujet émergent d’un point de vue business", selon Karine Le Joly, la directrice de l’innovation à HEC executive education. Trois formations d’une journée sont envisagées : sur l’optimisation des processus industriels, le marketing digital, la santé. "Beaucoup d’entreprises s’aperçoivent que leurs données représentent un potentiel, et il y a un afflux sur nos formations dédiées au big data", indique Alain Riesen, directeur de Télécom Evolution. Engie, de son côté, annonce un partenariat avec l’Ensae pour y recruter ou y former ses data scientists.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale