Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Professionnels du numérique : des héros fatigués ou de sales gosses trop gâtés ?

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Étude En emploi, pas si mal payés, recherchés par tout le monde et toujours pas contents... Les pros du numérique sont-ils les enfants gâtés du marché du travail, ou les bons indicateurs macro cachent-ils (mal) des situations de terrain beaucoup moins idylliques qu’on n’imagine ? Une enquête révèle les paradoxes des développeurs et autres professionnels du numérique.  

Pros du digital : fatigués, les héros rêvent de déconnecter
Dans la vraie vie, on rigole moins devant son ordinateur. © Fotolia

On les imaginait heureux, épanouis dans leur travail... l’enquête réalisée par Le blog du modérateur, hellowork.io et Régionsjob* révèle une réalité beaucoup plus nuancée sur le rapport des salariés de la tech avec leur travail.

 

Pour ne pas paniquer les start-uppers de la station F et tous les VC de la place parisienne, la moitié (51%) des professionnels du digital se disent plutôt heureux au travail et 10 % se disent même très heureux quand 28 % se déclarent peu heureux. 84 % des professionnels du numérique disent aimer leur métier et la proportion monte à 90 % pour les pros du SEO et SEA. Pour les métiers de community manager ou de la communication le taux est de 89 %, contre seulement 79 % pour les chefs de projet et 77 % pour les business developers. Par ailleurs, tous métiers confondus, 66 % aiment leur entreprise et 80 % leur secteur d’activité.

 

Le numérique : heureux quand on en sort ?

Ce qui les rend d’abord heureux dans leur travail, ce sont dans l’ordre les missions qu’on leur confie (67 %), l’équipe où ils travaillent (63 %) suivi de la rémunération (60 %). Le cadre de travail qui arrive en quatrième position n’est cité que par 40 %, juste devant le managment (36 %).

 

Pourtant, malgré ces résultats encourageants, 70 % des pros disent qu’ils veulent changer d’entreprise d’ici à deux ans et 14 % dans les 3 à 5 ans qui viennent. Quand on connaît l’enjeu de la fidélisation de ces profils, il reste du travail pour bien des entreprises du secteur. D’autant qu’un tiers des personnes qui a répondu à l’enquête déclare qu’il envisage une reconversion à long terme et 10 % à court terme, et ce dans un univers professionnel sans rapport avec Internet. Cela touche “l’ensemble de la population, quel que soit leur métier, leur genre ou leur lieu de travail” notent les commanditaires de l’étude.

 

MALAISE DANS LE MANAGEMENT 

C’est que les signaux faibles sont nombreux. 51 % des personnes ne se sentent pas reconnues à leur poste et 26 % estiment que leur travail n’a pas de sens. A cela s’ajoute une très forte pression, acceptable quand on se sent fier de son travail. 48 % des professionnels interrogés disent subir du stress. Parmi les raisons citées pour expliquer cette situation, les répondants ont indiqué la charge de travail trop importante (55 %), les objectifs élevés ou imprécis (53 %), les conflits avec les collègues (32 %), la connexion en permanence (32 %) ou les conflits de valeur liés à l’éthique (27 %).

 

De même 49 % des professionnels interrogés sont satisfaits de leur salaire, 47 % du management et seulement 37 % des formations financées par l’entreprise. Un peu plus d’un tiers (36 %) se dit satisfait des perspectives d’évolution. C’est loin des trois quarts qui sont satisfaits de leur équipe.

 

Il est certain que seule une minorité de ceux qui le disent sauteront le pas et changeront de carrière. Il n’empêche, il semble exister un vrai malaise sur les conditions de travail et le management des professionnels du numérique. D’autant qu’ils savent qu’ils sont rares et recherchés et ne s’y retrouvent pas au jour le jour et à la fin du mois. Si le phénomène est un peu surestimé par ce type de mesures barométriques, les entreprises qui les emploient devraient s’interroger sur leurs pratiques.

 

* Enquête réalisée sur le Blog du Modérateur, auprès de 1258 professionnels du digital, en mai et juin 2017

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Laura Lebon

07/07/2017 10h31 - Laura Lebon

pas si mal payés? Parlons-en, justement... En France, un professionnel du numérique est environ 2 fois moins payé que dans les pays anglo-saxons. Comme les chercheurs. Quant à ne pas se sentir reconnu, ne pas trouver de sens à son travail ... Encore la semaine dernière, on m'a demandé pour quoi j'avais été embauché. Et malgré mes explications, mon interlocuteur est reparti aussi perplexe qu'il était arrivé. Et je passe les préjugés communs comme quoi "Les informaticiens sont des gens bizarres"

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale