Actualité web & High tech sur Usine Digitale

R.I.P. Monsieur Serge Kampf... et merci d'avoir été le fondateur visionnaire et humaniste de Capgemini

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Il est peu d'entrepreneurs français à avoir su créer un groupe à dimension mondiale, qui plus est dans le milieu très concurrentiel et sujet aux révolutions qu'est l'informatique. C'est pourquoi le décès de Serge Kampf, fondateur grenoblois de Capgemini, suscite l'émotion. Ce bâtisseur, visionnaire et fin stratège, a réussi là où tant d'autres ont échoué, en n'oubliant jamais la place de l'humain au cœur de la technologie.

R.I.P. Monsieur Serge Kampf... et merci d'avoir été le fondateur visionnaire et humaniste de Capgemini
R.I.P. Monsieur Serge Kampf... et merci d'avoir été le fondateur visionnaire et humaniste de Capgemini © DR

L'entrepreneur Serge Kampf, fondateur du groupe français de services du numérique Capgemini, est décédé à Grenoble à l'âge de 81 ans. Connu pour son amour du Rugby, Serge Kampf a eu un rôle formateur décisif dans l'industrie numérique française en créant ce qui est aujourd'hui la première entreprise de services numériques (ESN) française et la neuvième mondiale, avec un chiffre d'affaires qui s'élevait en 2015 à près de 12 milliards d'euros.

 

Du deux-pièces à la multinationale

Né le 13 octobre 1934 à Grenoble et titulaire d'une double licence de droit et d'économie, Serge Kampf commence sa carrière en 1960 à la direction générale des Télécommunications à Paris avant de rejoindre Bull. Il y découvre l'industrie émergente qu'est l'informatique. Sept ans plus tard, inspiré par le pouvoir transformateur de l'informatique sur l'entreprise, il retourne à Grenoble et crée Sogeti avec trois anciens collègues de Bull, dans un simple deux-pièces transformé en bureau.

 

L'entreprise connaît vite le succès et devient dès 1975 le leader européen des services en informatique, grâce notamment à l'acquisition de deux concurrents, CAP et Gemini Computer Systems. L'essor du groupe se poursuit, avec une entrée au CAC40 en 1988 et des acquisitions stratégiques (United Research, Data Logic, Volmac, Bossard, CPM Braxis...) en Europe et aux Etats-Unis durant les deux décennies suivantes pour solidifier sa place au sein du leadership international. Serge Kampf quitte la présidence de Capgemini en 2012, après 45 ans passé à la tête du groupe.

 

 

Ne pas oublier la place de l'humain au sein de la technologie

L'entreprise, dont il était resté vice-président du conseil d'administration et président d'honneur, a salué dans un communiqué sa vision et ses talents de "bâtisseur". "Il comprend dès l’origine de notre métier que ce sont les hommes qui donnent de la valeur à la technologie, a déclaré Paul Hermelin, président-directeur général de Capgemini. Lors de notre première rencontre, j’ai été frappé par son formidable esprit d’entreprise, sa capacité à réunir des équipes passionnées et dévouées au groupe qu’il avait créé d’une façon très forte et son exigence absolue de performance."

 

 

Capgemini a aussi tenu à republier la dernière lettre publique de Serge Kampf, adressée le 8 avril 2015 aux collaborateurs, clients et actionnaires du groupe. Nous la reproduisons ici tel quel : "Nous avons depuis toujours placé le client au cœur de nos réflexions et de notre action. Avec pour principe fondamental : prendre le temps de l’écoute. Les flux d’information phénoménaux dont nous disposons aujourd’hui ne remplaceront jamais les échanges approfondis, les yeux dans les yeux. J’ai la réputation d’être un homme plutôt économe de ses paroles. C’est que pour moi, il faut d’abord écouter l’autre pour mieux se faire entendre de lui. C’est indispensable pour répondre à nos clients dont les besoins évoluent en permanence. Ce sont leurs attentes et leur confiance qui sont la raison d’être d’une société de services comme la nôtre."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale