Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Salaire : Experts cybersécurité et data scientists sont les rois du pétrole

| mis à jour le 16 mars 2016 à 07H12
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Au cœur de la transformation numérique, qui s'en tire le mieux financièrement en 2016 ? D'après Michael Page, les métiers de la cybersécurité et de la big data sont les plus demandés, et risquent de le rester pour des années à venir.

Salaire : Experts cybersécurité et data scientists sont les rois du pétrole
Salaire : Experts cybersécurité et data scientists sont les rois du pétrole

Vers quelle spécialisation doit s'orienter un ingénieur en informatique en 2016 ? "S'il est technique, il faut évidemment qu'il aille sur les questions de sécurité," répond David Majorel, directeur Audit & Conseil, IS&T, Digital et Cybersécurité au sein du cabinet de recrutement Michael Page.

 

Cela ne surprendra personne : la cybersécurité est l'une des compétences les plus demandées du moment. Les raisons ne manquent pas : externalisation croissance des systèmes d'information dans le cloud, recrudescence d'attaques médiatisées, législation sur la protection des données personnelles, sensibilisation du gouvernement... "On a de plus en plus de demandes au sein de clients finaux et d'OIV (Opérateurs d'importance vitale, ndlr) en particulier. Généralement sur des compétences forensiques (l'analyse très poussée d'un système qui a été compromis, ndlr) et normatives. Il y a un référentiel cybersécurité qui se met en place avec l'ANSSI et les opérateurs d'états. Les clients finaux vont devoir se caler sur cette règle, donc ils recrutent des ingénieurs en interne pour se mettre en conformité."

 

Une large gamme de profils... et de besoins

Et qui dit demande, dit salaires supérieurs à la moyenne. "Le postulat de base est qu'il n'y a pas assez de monde. Les rémunérations montent en conséquence," poursuit David Majorel. Si les profils recherchés sont variés, ils sont généralement très techniques. "Il n'y a pas de profil type. On cherche énormément de postes, et la pénurie continuera pendant au moins 5 ans." Ils touchent à la sécurité systèmes et réseaux, au data management, mais aussi au pilotage des prestataires et à la sécurisation des contrats cloud.

 

Les profils très techniques sont les mieux payés. Un technicien support de niveau 1 dans un Security Operations Center (SOC) va être à 40 000 euros. Un analyste de niveau 3 sera plutôt dans les 60 à 65 000 euros, soit environ autant qu'un ingénieur R&D en sécurité. Un patron de SOC, lui, touchera dans les 80 000 euros. Il y a aussi de la place pour les cabinets de conseil, sur des aspects moins techniques, accompagnement et mise en place d'organisations cibles. "PwC, Deloitte, EY... Ils s'y mettent tous," commente David Majorel.

 

Le data scientist, la perle rare

L'autre grand secteur très demandé, c'est l'analyse des données. "Le data scientist est le poste le plus demandé, car il est rarissime, explique David Majorel. On est sur des profils qui sont hyper pointus techniquement, sur les maths et les statistiques. Ce sont des profils rares car il n'y a pas vraiment de formation, sauf des ingénieurs spécialisés ou qui ont fait des écoles de stats. Ils doivent connaître beaucoup d'outils, mais aussi avoir une vision, être créatifs et tenter des choses." En conséquence, les salaires démarrent à 80 000 euros et vont jusqu'à 150 000 euros, pour quelqu'un d'expérimenté et de spécialisé sur le vertical concerné.

 

Le data analyst est moins rare, car il s'agit d'une compétence qui existait déjà. La différence étant qu'à l'époque du data mining, les données analysées étaient internes à l'entreprise. Aujourd'hui, les masses de données sont énormes, beaucoup plus complexes à analyser, et tout le monde veut pouvoir le faire. La demande est telle que certaines SSII forment leurs équipes en interne à ce type de postes. Le salaire moyen se situe autour de 50 000 euros.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale