Actualité web & High tech sur Usine Digitale

TellMePlus lève 4,2 millions d’euros pour imposer sa solution d’analyse prédictive des données

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La start-up accélérée par Axeleo réunit des capitaux-risqueurs internationaux pour son tour de table. Avec cet apport de 4,2 millions d’euros de fonds propres, elle va pouvoir renforcer son équipe et développer ses ventes à l’international.

TellMePlus lève 4,2 millions d’euros pour imposer sa solution d’analyse prédictive des données
TellMePlus lève 4,2 millions d’euros pour imposer sa solution d’analyse prédictive des données
TellMePlus en chiffres
Chiffre d’affaires : non communiqué
Effectif : 11 personnes
Montant de la levée : 4,2 millions d’euros
Investisseurs : Ventech, Runa Capital, Sferen Innovation, Soridec, XAnge, Business angels
Secteur : Big data, logiciels

TellMe plus, la start-up montpelliéraine, va franchir une étape. Elle vient de procéder à une augmentation de capital de 4,2 millions d’euros pour industrialiser ses logiciels d’analyse prédictive des données et développer la commercialisation à l’international. La jeune pousse a rassemblé un tour de table international, réunissant des fonds d’investissement comme Ventech, XAnge ou encore le Russe Runa Capital, ainsi que des investisseurs privés.

Créé en 2011 par Jean-Michel Combot, l’inventeur du logiciel de Business Objects, pour développer une application sur smartphone permettant d’orienter les consommateurs vers des magasins en fonction de leurs goûts, TellMePlus s’est recentrée en 2013 sur le machine learning, le cœur de sa technologie. Elle développe aujourd’hui des logiciels dans le Cloud permettant de prédire les comportements de personnes ou d’objets et de préconiser des mesures en fonction de ce comportement.

Analyse prédictive en temps réel

 

"C’est un système auto-apprenant et qui va jusqu’à s’auto-paramétrer, lance Jean-Michel Cambot. Il est hyper simple !" Concrètement, le client fournit les données brutes et la question qu’il veut poser, le logiciel fait l’analyse en temps réel des données du client en les enrichissant de données publiques, et prédit les comportements à l’avance.

Pour la banque LCL, la solution TellMePlus fournit toutes les semaines une liste de clients sur le point de changer de banque. "On sait prédire jusqu’à deux mois à l’avance que le client va partir, déclare Jean-Michel Cambot. Mais surtout, on sait fournir à la banque ce qu’elle doit lui dire pour le garder."

Avant cette levée de fonds, quelques bonnes fées s’étaient penchées sur le berceau de TellMePlus. D’abord le CNRS, avec lequel la jeune pousse a passé un partenariat pour la R&D. Ce qui lui a permis de constituer une équipe de mathématiciens et de scientifiques de haut niveau. "C’est une équipe très performante, des sociétés américaines me l’envient !", assure Jean-Michel Combot, le fondateur de TellMePlus, qui a eu vent de plusieurs propositions indécentes… 

Mais aussi l’accélérateur de start-up Axeleo, qui lui a permis de tenir financièrement pendant les années de démarrage principalement axées sur la R&D. L’accélérateur a avancé de la trésorerie à TellMePlus en échange de participation au capital au moment de la levée de fonds. "C’est grâce à eux que la société a survécu, souligne Jean-Michel Combot. Ils m’ont apporté un soutien financier, mais aussi une aide sur le plan commercial et marketing. C’est un vrai accélérateur qui se mouille !"

 

Un gisement de marché gigantesque

La start-up continue de développer sa solution d’intelligence artificielle. Elle s’oriente désormais aussi vers des solutions "machine to machine", utile notamment dans les usines du futur, et des solutions pour les objets connectés. Elle a pour cela miniaturisé sa technologie pour l’embarquer directement dans l’objet, qui pourra prendre des décisions en toute autonomie même sans connexion internet, puis les partager avec d’autres systèmes connectés.

Le gisement de marché est gigantesque. La start-up a multiplié les contacts avec des entreprises de tous les secteurs de l’économie. De la maintenance prédictive pour des avions, des plates-formes pétrolières ou des éoliennes, à l’industrie automobile qui pourrait utiliser les logiciels dans une étape intermédiaire avant le véhicule autonome, jusqu’aux smart city et aux objets connectés, le champ est vaste.

L’argument convaincant
Le marché potentiel de TellMePlus est gigantesque. Ses logiciels peuvent s’adresser aussi bien à l’industrie traditionnelle qui commence sa transformation digitale et s’intéresse de plus en plus à l’analyse de ses données, qu’au dynamique marché des objets connectés.

"Nous avons des choix à faire", résume Jean-Michel Combot. Une étape capitale pour la start-up, qui va se jouer dans les prochains mois et qui déterminera sa capacité à grandir. Pour passer ce cap, Jean-Michel Combot a décidé d’étoffer le management. A l’occasion de la levée de fonds, TellMePlus a recruté Benoît Gourdon, le cofondateur de Neolane revendu 600 millions de dollars à Adobe en 2013, en tant que directeur général. Il a pour mission de continuer à développer les solutions de la start-up et à attaquer l’internationalisation de la société, notamment vers les Etats-Unis. TellMePlus va aussi recruter des développeurs et des commerciaux, pour passer de 11 personnes actuellement à 30 personnes d’ici la fin 2016, et entre 50 et 70 en 2017.

Arnaud Dumas

 

 

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale