Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Ubériser l'intérim pour faire reculer le chômage de masse

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le chômage endémique en France reculera si nous favorisons le recrutement en ligne des indépendants. Plus de flexibilité pour plus d'emplois : c'est du moins l'analyse de Julien Pérona, le fondateur d'AddWorking. une agence d’emploi digitale spécialisée dans le hors-salariat.

Ubériser l'intérim pour faire reculer le chômage de masse
Ubériser l'intérim pour faire reculer le chômage de masse © Pole Emploi CC Flickr

C’est parce que le travail est un élément important pour l’appartenance des individus à la société qu’il suscite autant de débats passionnels en France. Mais la passion n’est pas nécessairement synonyme de solutions, au moment où le chômage conduit au désarroi et à des revendications, sous la forme d’un "droit au travail". Qu’est-ce que le travail ? Au sens économique usuel, une activité rémunérée qui permet la production de biens et de services, où l’intervention de l’homme est matérialisée par un salaire.

 

Les raisons du chômage en France

Seulement, voilà, plus de 10% des Français se trouvent aujourd’hui au chômage. Les moins de 25 ans en sont les premières victimes, avec un taux à 24% au quatrième trimestre 2015 d'après l'INSEE. D’un point de vue structurel comme conjoncturel, on constate pêle-mêle que :
 

  • notre industrie s’est affaiblie face à la concurrence
  • l’inadéquation de l’offre et de la demande de travail, la dévalorisation des filières professionnelles
  • le système d’indemnisation présente des disparités
  • le coût du travail et le code du travail, barrières à l’embauche

 

Face à ces maux, les pouvoirs publics ont déployé un arsenal aux effets limités : la préretraite, l’allégement juridique des contrats de travail, les contrats aidés, la réduction du temps de travail…Mais les chiffres du chômage s’obstinent, même si l’intérim progresse de 8,1% en un an selon une étude de Pôle Emploi publiée en décembre 2015.

 

Ubériser pour assurer la ré-employabilité

Dépassons l’opposition entre le "laisser-faire" et "l’interventionnisme" : nous devons concevoir le travail par missions. Il faudra s’adapter - avec de nouveaux modes de contractualisation - pour assurer la ré-employabilité. C’est-à-dire permettre à l’entreprise d’accéder à des profils pour quelques heures par semaine ou plusieurs mois, comme alternative aux CDD, à l’intérim et au portage salarial. Ce nouveau modèle basé sur le hors-salariat permet de recruter, pour tous types de structures, une personne au profil certifié, via une plateforme web, en fournissant un contrat de prestation de services électroniques.

 

Adaptée aux freelances, micro-entrepreneurs, travailleurs indépendants ou encore aux demandeurs d’emploi, cette ubérisation de l’emploi par le digital permet de publier des offres de mission anonymes d’entreprises, d’échanger par messagerie avec les bénéficiaires concernés et de renseigner les modalités de missions mis à leur disposition. Enfin, de valider un contrat en ligne pour débuter la collaboration. Le coût de ce type de recrutement serait inférieur de 35% à celui de l’intérim. En contrepartie de cette flexibilité, le bénéficiaire de la mission reçoit systématiquement le paiement correspondant au temps travaillé : l’ensemble assuré par un monitoring des parties concernées et une simplification administrative pour l’entreprise.

 

necessaire encadrement

Le hors-salariat n’est ni la fin du CDI, ni du salariat mais un autre droit au travail. Les pouvoirs publics auraient intérêt à l’accompagner, en améliorant encore la protection sociale des indépendants. Enfin, s’ouvre un autre débat : la place du travail demain face à la recherche avancée au sujet du robot humanoïde. Y-aura t-il véritablement un droit à travailler pour tous ? Le revenu universel de base sera t-il la norme ? Autant de questions en suspens.

 

 Julien Pérona, le fondateur d'AddWorking

Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Adviabilis

21/03/2016 16h33 - Adviabilis

Certes il faut libérer le "travail " et donner plus de flexibilité aux employeurs et aux personnes qui ont des compétences avérées. Le salariat en Cdi ne doit plus être la solution unique. Mais là digitalisation ne sera pas non plus la réponse la mieux adaptée pour permettre la meilleure adéquation entre l'offre et la demande. Nous menons aujourd'hui des missions de mise en oeuvre avec des profils que nous certifions et super visons pour valider la pertinence. Le débat est ouvert. Cdt Georges Vaccaro Directeur Associé #adviabilis

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Publicité

à la une

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale