[Build 2019] La stratégie de Microsoft pour faire d'Azure le cloud de référence de l'IoT

Entretien Microsoft entend s'imposer comme le prestataire cloud de référence de l'internet des objets, à tel point qu'il y a investi 5 milliards de dollars l'année dernière. Sa dernière initiative en date est IoT Plug & Play, qui veut standardiser la manière dont les objets se connectent au cloud comme Windows l'a fait avec les périphériques PC. Julia White, Corporate Vice President pour Azure chez Microsoft, nous explique pourquoi c'est la clé de voute de ce marché qui s'apprête à exploser.

[Build 2019] La stratégie de Microsoft pour faire d'Azure le cloud de référence de l'IoT © Microsoft

A l'occasion de sa conférence Build 2019, qui s'est déroulée du 6 au 8 mai, Microsoft a annoncé IoT Plug & Play, un langage de modélisation ouvert conçu pour simplifier la connectivité des objets connectés au cloud, avec un minimum de code embarqué. L'objectif : reproduire le tour de force de la standardisation des périphériques réalisé avec l'USB sur PC dans les années 90. 16 partenaires sont déjà partants : Compal, Kyocera, Plat' Home, Aaeon, Sharp, Wistron, Via, STMicroelectronics, Tokyo Electron Device, Askey, Thundercomm, Espressif, Seeed, Atmark Techno, Octonion, Delta.

Standardiser l'IoT par le biais du cloud

L'Usine Digitale a profité de Build pour faire le point sur cette stratégie IoT avec Julia White, Corporate Vice President pour Azure chez Microsoft : "Nous nous sommes mis à l’IoT il y a 4 ans maintenant en nous donnant comme objectif de simplifier et de standardiser ce domaine, pour que les clients n’aient plus à créer leurs propres systèmes customisés, commente la dirigeante. IoT Plug & Play est la dernière étape en date dans cette démarche."

Elle est une réponse à la plus grosse difficulté que voit Microsoft dans le secteur : l'extrême hétérogénéité des objets connectés. "Cela n'a rien à voir avec ce que l'on trouve dans les smartphones ou les PCs. C'est vraiment massif. C'est pourquoi la standardisation est si importante. Evidemment, nous n’en sommes qu’aux débuts, et cela va prendre du temps, mais le potentiel est énorme."

Même avant cette nouvelle offre, de beaux progrès avaient déjà été réalisés avec Azure. "Quand nous avons commencé dans ce secteur un projet prenait trois ans et nécessitait 3 ou 4 proof-of-concept ratés avant d’arriver à quelque chose. Aujourd’hui cela prend 18 mois. Moitié moins de temps. Donc on progresse, même s’il y a encore du travail."

Une convergence technologique entre IoT, IA et Réalite mixte

Azure Sphere, qui s'appuie sur un microcontrôleur dédié pour garantir la sécurité des objets connectés. "Ces deux services sont totalement complémentaires, acquiesce Julia White. Le rêve serait qu'un appareil tourne sous Azure Sphere et se connecte au cloud avec IoT Plug & Play."

Au-delà de l'IoT pur et dur, Microsoft met aussi en avant la convergence des objets connectés, de la réalité mixte et de l’intelligence artificielle. "Ces trois technologies sont énormes, et je ne vois pas de démarcations claires entre elles du côté des services cloud, elles sont très proches. Si on prend Azure Digital Twins par exemple, elles travaillent de concert, et cela décuple leur intérêt. A terme, leur convergence est inévitable. Tout le monde ne le voit pas encore, mais pour moi c’est une évidence."

L'IoT doit évoluer vers un concept plus large de systèmes connectés

Pour autant, les cas d’usages sont encore très orientés sur la fabrication industrielle aujourd'hui, d'après Julia White. "Ils ont tendance à être considérés comme relevant de l’informatique industrielle. Et c’est normal car ça provient de ce monde-là, mais je pense que cela va pivoter pour sortir des définitions traditionnelles et aller vers le concept plus ouvert de systèmes connectés. Aujourd’hui la majorité des investissements proviennent du monde de la fabrication mais dans 3 ans je pense qu’ils n’en seront plus qu’une minorité."

Le dirigeante souligne que ce lien de parenté avec les systèmes industriels ne doit pas empêcher les autres secteurs de s'intéresser aux systèmes connectés. "Parfois je me dis que le terme 'IoT' est inhibant, qu’il empêche les gens de réfléchir à l’utilisation de systèmes connectés pour leur business car il évoque trop ce contexte industriel. Alors que pour moi, le concept store de Kroger avec des caméras et de l’IA par exemple, c’est de l’IoT."

La confiance, botte secrète de Microsoft dans le cloud

Et pour s'assurer que ces clients viennent voir Microsoft avec leurs projets et pas un autre fournisseur comme Amazon, Julia White met en avant deux principes fondamentaux : mieux répondre aux demandes des clients que la concurrence, et savoir acquérir et garder leur confiance. "Etre un fournisseur cloud implique d’avoir la confiance des clients, que ce soit en matière de sécurité, de protection des données, de conformité… Vous n’êtes pas un fournisseur de logiciels, vous êtes un partenaire. Est-ce que je peux vous confier mon business ? Est-ce que vous allez vous en servir pour entrer en compétition avec moi par la suite ? C’est ce genre de conversations que nous avons avec les dirigeants. Cela fait 40 ans que nous sommes sur le marché du monde de l’entreprise, et c’est un plus grand différentiateur que les gens ne le réalisent. Nos clients nous font vraiment confiance."