Cybersécurité : Les Etats-Unis rejoignent l'Appel de Paris

A l'occasion de la quatrième édition du forum annuel sur la paix, les Etats-Unis ont rejoint l'Appel de Paris. Ils s'engagent aux côtés de 1200 acteurs, dont 80 Etats, à lutter contre les cybermenaces.

Cybersécurité : Les Etats-Unis rejoignent l'Appel de Paris © Kamala Harris (Twitter)

"Je salue la décision prise par les Etats-Unis de soutenir l'Appel de Paris pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace", a déclaré Jean-Yves Le Drian, le ministre de l'Europe et des Affaires Etrangères, à l'occasion de la quatrième édition du forum annuel sur la paix le 11 novembre 2021. Se faisant, ils rejoignent "plus de 1200 acteurs, dont 80 Etats, autorités publiques et collectivités locales, acteurs privés et organisations de la société civile".

Trump avait refusé de soutenir l'appel de Paris
Kamala Harris, la vice-présidente des Etats-Unis qui était présente lors du forum annuel sur la paix, s'est félicitée de cet engagement. Il "reflète la priorité pour l'Administration Biden-Harris de renouveler et de renforcer l'engagement des Etats-Unis avec la communauté internationales sur les questions de sécurité informatique", peut-on lire dans un communiqué de la Maison Blanche.

Cette adhésion tranche avec la position de Donald Trump, ancien président des Etats-Unis, qui avait refusé de soutenir l'Appel de Paris lors de son lancement. En revanche, certains Etats, tels que la Virginie, le Colorado et Washington, avaient décidé d'y adhérer. Ce fut également le cas de nombreuses entreprises américaines, comme Cisco, Dell, Meta (ex-Facebook), Microsoft, et Salesforce. 

Une déclaration internationale pour protéger le cyberespace
L'Appel de Paris a été lancé le 12 novembre 2018 à l'initiative du président de la République Emmanuel Macron, à l'occasion de la réunion à l'Unesco du Forum sur la gouvernance de l'internet (FGI) et du premier Forum de Paris sur la paix. En soutenant cette déclaration internationale, les pays et les organisations s'engagent à respecter un certain nombre de principes visant à lutter contre les cybermenaces. Ils s'engagent par exemple à protéger les individus et les infrastructures critiques, à prévenir les interférences destinées à déstabiliser les processus électoraux, ou encore à renforcer les normes internationales de comportements responsables.

Cette année, l'Appel de Paris était axé autour de la protection de l'enfance dans le monde numérique. A cette occasion, Emmanuel Macron a lancé un Appel à l'action pour défendre les droits de l'enfant qui a été soutenu par l’Argentine, la Bulgarie, l’Estonie, l’Italie, la Jordanie, le Luxembourg, le Maroc, ainsi que par plusieurs grandes plateformes numériques (Amazon, Dailymotion, Google, Meta, Microsoft, Qwant, Snap, Twitter, YouTube) ainsi que de nombreuses associations et ONG.