[Etude] L'Union européenne doit débourser 300 milliards d'euros pour déployer la 5G

Étude Vu ailleurs 300 milliards d'euros sont nécessaires pour déployer la 5G sur tout le territoire européen, selon une étude du BCG commandée par ETNO, un groupe de lobbying qui rassemble les opérateurs de télécoms.

[Etude] L'Union européenne doit débourser 300 milliards d'euros pour déployer la 5G © Eisenrah

L'Europe a besoin d'injecter 300 milliards d'euros dans ses infrastructures télécoms d'ici 2025 pour être capable de déployer la 5G sur l'ensemble de ses 27 Etats membres. Ce réseau pourrait l'aider à renforcer son économie et tirer parti des nouvelles technologies, rapporte une étude du Boston Consulting Group (BCG) reprise par Reuters. Cette étude a été réalisée pour le compte du groupe de lobbying ETNO, qui rassemble les grands opérateurs européens.

Dans le détail : 150 milliards d'euros sont nécessaires pour déployer la fibre optique auprès de tous les Européens et 150 milliards d'euros supplémentaires sont nécessaires pour déployer la 5G partout, même dans les zones rurales.

Favoriser les rapprochements entre opérateurs
Les opérateurs de télécoms européens sont réticents à investir dans les réseaux 5G, constate le BCG. Une des raisons principales est que les règles anti-trust fixées par l'UE les ont empêchés de mener des projets de fusion qui leurs auraient permis de déployer à grande échelle les réseaux 5G. Les retards pris par les Etats membres sur les enchères 5G ont aussi déçu les industriels du secteur.

L'étude propose plusieurs mesures que les gouvernements et régulateurs peuvent adopter pour renforcer l'industrie des télécoms. L'une de ces mesures consiste à développer de nouveaux modèles concernant la propriété des infrastructures pour "favoriser le partage volontaire des infrastructures, ce qui peut permettre un déploiement plus rapide, une réduction de l'impact environnemental et un transfert accru des connaissances entre les partenaires", explique l'étude.

Monétiser le trafic des données sur les réseaux
Une autre proposition concerne l'assouplissement des règles permettant aux opérateurs des réseaux télécoms de coopérer et de co-investir ou de séparer la construction des infrastructures des entreprises de services de télécommunications. L'étude met également en avant le besoin pour les opérateurs de monétiser le trafic de données sur leurs réseaux pour rattraper des concurrents tels que Google, Facebook et Microsoft et diversifier leurs sources de revenus.