Happydemics lève 5 millions d'euros pour accélérer la transformation digitale des études d'opinion

Levée de fonds La start-up française Happydemics boucle un nouveau cycle de financement pour développer sa plateforme dédiée aux études marketing, sans les limites des panels traditionnels, via des questionnaires instantanés diffusés sur smartphone.

Tarek Ouaguini et Nicolas Trabuc.

Cinq millions d’euros, c’est le montant de la levée de fonds bouclée par la start-up française Happydemics, annoncée le 3 juin 2020. Ce nouveau tour de table, signé pendant la crise du Covid-19, rassemble entre autres le family office Fair/e, ainsi que Laurent Ritter et Alexandre Yazdi, respectivement cofondateur et dirigeant de l’éditeur de jeux vidéo français Voodoo.

Cette levée doit permettre à la jeune entreprise de renforcer sa plateforme technologique et poursuivre son développement international à Amsterdam, où elle est présente depuis 2019, ainsi qu'à Londres. Happydemics avait levé 1,8 millions d'euros en 2017, puis 2 millions d'euros l'année suivante.

trois milliards d'individus accessibles

Cofondée par Tarek Ouaguini et Nicolas Trabuc en 2015, la start-up est née de la volonté de repenser la façon d’accéder aux opinions du monde entier, en permettant à tous les professionnels de conduire des études au quotidien. "Le marché des études représente près de 50 milliards de dollars dans le monde, et ses plus grands acteurs sont capables d’étendre leurs services dans des dizaines de pays, au prix cependant de briques technologiques empilées et pas toujours optimisées eu égard aux nouvelles habitudes numériques d'individus de plus en plus difficiles à atteindre et à questionner", analyse Julien Magitteri, fondateur et associé-gérant de Fair/e.

La solution automatise la collecte, l’analyse et l’interprétation de l’opinion instantanée de trois milliards d’individus dans 144 pays sur une même plateforme. Son secret ? Elle diffuse les questionnaires au travers de partenariats commerciaux sur les applications mobiles les plus populaires du moment. L'outil permet donc de conduire des études marketing en interrogeant des cibles précises partout dans le monde et sans les limites habituelles des panels représentatifs.

"Aussi simple qu’une requête internet"

La proposition de valeur de Happydemics est de permettre à toute entreprise de réaliser des sondages "en quelques jours seulement", poursuit Julien Magitteri. Cette démocratisation du marché des études vise aussi bien les professionnels "aguerris" à la recherche de nouvelles opportunités que "les novices dont les études semblaient bien trop complexes pour s’y aventurer", explique le communiqué. "Nous voulons rendre la conduite d’études de marché ou d’opinion aussi simple qu’une requête internet", résume le dirigeant de la start-up, Tarek Ouaguini.

Cette annonce est à mettre en perspective avec la pandémie actuelle. "La crise a amplifié le besoin pour les marques de maintenir un contact direct et régulier avec leurs marchés", explique la start-up, qui souhaite ainsi aider les entreprises à comprendre "les nouveaux comportements des consommateurs après la crise, en cette période de reprise progressive". Happydemics revendique plus de 150 clients parmi lesquels on compte Redbull, ManoMano, L’Oréal, Estée Lauder, Dailymotion, Iiliad, Asus, Getaround ou encore Cityscoot.