Huawei dévoile ses nouveaux smartphones privés de 5G et de Google

Vu ailleurs Huawei a dévoilé ses nouveaux smartphones, les P50 et P50 Pro. Confrontés aux sanctions américaines, les nouveaux modèles du géant chinois sont privés de processeurs 5G et équipés de son système d'exploitation HarmonyOS, rival d'Android. 

Huawei dévoile ses nouveaux smartphones privés de 5G et de Google © Huawei

Pour Huawei, la présentation des nouveaux modèles P50 et P50 Pro s'est faite en demi-teinte, ce jeudi 29 juillet. Prévus pour août et septembre prochain en Chine, aucun de deux modèles présentés ne sont pas équipés de processeurs 5G mais d'un processeur Qualcomm Snapdragon 888 4G. En cause:  l'impact des sanctions américaines. 


Des sanctions étendues
Pour rappel, le géant chinois considéré comme une menace pour la sécurité nationale par l'administration Trump avait été placé sur une liste contraignant les entreprises américaines à obtenir l'approbation du gouvernement avant de pouvoir commercer avec.

L'élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis n'a pas changé la donne pour le constructeur. Son administration a informé le 11 mars dernier certains fournisseurs de Huawei du renforcement des conditions pour l'obtention des licences les autorisant à commercer avec l'entreprise chinoise. Par conséquent, les composants utilisés pour ou avec les appareils 5G ne peuvent plus être vendus.

La promesse de performances maintenues
Mais Richard Yu, PDG de la branche grand public de Huawei, se veut être rassurant à propos des performances des nouveaux produits. 
"Nos produits conservent toujours les performances ultimes. Seule une très petite baisse de vitesse sera constatée, presque négligeable", a-t-il déclaré.

Mais ce n'est pas tout. Les restrictions imposent également à Huawei de commercialiser ses appareils sans Android, le système d'exploitation de Google. Ainsi, les P50 sont les premiers smartphones de Huawei à inclure directement HarmonyOS, le système d'exploitation maison du géant dévoilé en août 2019. 

Selon Richard Yu, cité par Les Echos, déjà plus de 40 millions d'utilisateurs chinois sont passés sous cet OS, disponible sur d'autres appareils de la marque grâce à une mise à jour. À partir de l'année prochaine, les clients de Huawei pourront mettre à niveau n'importe quel modèle vers HarmonyOS, a-t-il ajouté.

Viser de nouveaux marchés
Bien que l'entreprise puisse compter sur ses ventes locales pour espérer rester à flot en dehors de Chine, le fondateur de Huawei, Ren Zhengfei, a appelé, il y a quelques semaines le personnel de son entreprise à "oser être le leader mondial" dans le domaine des logiciels. Il ambitionne à faire de son système d'exploitation HarmonyOS, un concurrent de taille face à Android.


L'objectif est également de s'étendre sur d'autres marchés. "Une fois que nous aurons dominé l'Europe, l'Asie-Pacifique et l'Afrique, si les normes américaines ne correspondent pas aux nôtres, et que nous ne pouvons pas entrer aux États-Unis, alors les États-Unis ne pourront pas entrer sur notre territoire", a prévenu le PDG.