Huawei sera banni des réseaux 5G du Royaume-Uni dès septembre 2021

Le gouvernement britannique vient de rendre sa feuille de route. Les opérateurs télécoms ne pourront plus installer d'équipements 5G fabriqués par Huawei à compter du 30 septembre 2021. Ils devront également désinstaller toutes les antennes de l'entreprise chinoise d'ici 2027.

Huawei sera banni des réseaux 5G du Royaume-Uni dès septembre 2021 © Huawei

Les opérateurs télécoms britanniques se voient interdire l'installation d'équipements 5G fabriqués par Huawei à compter du 30 septembre 2021, annonce le ministère du Numérique, de la Culture, des médias et du sport. Le gouvernement a également publié une feuille de route visant à supprimer l'intégralité des équipements du géant chinois d'ici 2027.

Interdire les fournisseurs "à haut risque"
"Aujourd'hui, je trace une voie vers la suppression complète des fournisseurs à haut risque de nos réseaux 5G", a déclaré le secrétaire d'Etat au Numérique Olivier Dowden dans un communiqué. Cette stratégie passera par "de nouveaux pouvoirs sans précédent pour identifier et bannir les équipements télécoms qui constituent une menace pour notre sécurité nationale".

En effet, le projet de loi "The Telecommunications Security" – qui est actuellement en deuxième lecture devant le Parlement – confère de nombreuses prérogatives à l'autorité de régulation des télécommunications. L'Ofcom pourra donner des instructions aux opérateurs télécoms (par exemple British Telecom) sur la manière dont ils utilisent les fournisseurs "à haut risque", dont Huawei.

Des sanctions jusqu'à 10 % du chiffre d'affaires
Ce texte prévoit également que les entreprises qui ne respecteraient pas les délais fixés de retrait des équipements Huawei risquent des amendes pouvant aller jusqu'à 10 % de leur chiffre d'affaires. De plus, une sanction pécuniaire de 100 000 livres sterling (112 000 euros) par jour pourra être infligée en cas de "violation continue". 

La position de Londres vis-à-vis de Huawei n'a pas toujours été claire. Après avoir partiellement autorisé les équipements de la marque au lotus en dehors des zones stratégiques, les autorités britanniques ont fait marche arrière. Fin mai 2020, le Financial Times affirmait que le gouvernement réfléchissait à un plan qui conduirait à l'interdiction pure et simple des équipements Huawei pour la 5G d'ici à trois ans. En juillet, le couperet est tombé : le premier ministre Boris Johnson a annoncé une exclusion totale de l'équipementier.

Huawei demande à Londres de revoir sa copie
Face à ce revirement, Huawei a demandé au gouvernement de revoir sa copie. "Cette décision est motivée par des raisons politiques et ne repose pas sur une évaluation équitable des risques", a indiqué le vice-président de Huawei, Victor Zhang, à propos du nouveau projet de loi. Il affirme également que l'interdiction viole "les principes liées à l'économie de marché et au libre-échange" et porte atteinte "aux intérêts des entreprises chinoises".