L'UE et un fonds de Bill Gates allouent un milliard de dollars à la green tech

Hydrogène vert, carburants durables pour l'aviation, captage direct du CO2 et stockage de l'énergie sont les quatre secteurs auxquels la Commission européenne et le Breakthrough Energy Catalyst, un fonds créé par Bill Gates, ont décidé d'attribuer une enveloppe d'un milliard de dollars. L'objectif est de stimuler les innovations dédiées aux énergies propres en accélérant leur déploiement. 

L'UE et un fonds de Bill Gates allouent un milliard de dollars à la green tech © Thomas Richter/Unsplash

La Commission européenne annonce ce mercredi 2 juin la signature d'un partenariat avec Breakthrough Energy Catalyst, l'un des fonds de Bill Gates dédié aux énergies propres. Grâce à une enveloppe d'un milliard de dollars s'étalant de 2022 à 2026, ils souhaitent stimuler les investissements dans les entreprises innovantes spécialisées dans la transition écologique.

Accélérer la commercialisation 
Ces nouveaux investissements devront permettre d'accélérer la phase de R&D pour commercialiser plus rapidement les solutions et diminuer les coûts. L'objectif : réduire drastiquement les émissions de dioxyde de carbone grâce à des technologies innovantes dans le cadre de l'Accord de Paris dont l'objectif est de maintenir l'augmentation de la température mondiale à un niveau inférieur à deux degrés par rapport aux niveaux préindustriels.

Dans un premier temps, les investissements seront fléchés vers quatre secteurs : l'hydrogène vert, les carburants durables pour l'aviation, le captage direct de CO2 et le stockage d'énergie de longue durée. D'autres secteurs intégreront ce programme par la suite, tels que l'acier à faible impact environnemental.

Créer des emplois
"Notre partenariat aidera les entreprises et les innovateurs de l'UE à tirer parti des technologies de réduction des émissions et à créer les emplois de temps", a déclaré Ursula von der Leyen , présidente de la Commission européenne, lors de l'annonce de ce partenariat. Bill Gates, qui a récemment quitté le conseil d'administration de Microsoft, estime que ce rapprochement "jettera des bases solides pour un 'net-zero future' dans lequel les technologies propres sont fiables, disponibles et abordables pour tous".