Les smartphones 5G dégagent-ils trop d'ondes ? Non, répond l'ANFR

L'Agence nationale des fréquences (ANFR) vient de publier les résultats de ses premiers contrôles de débit d'absorption spécifique (DAS) réalisés sur 13 smartphones 5G. Il en ressort que ces smartphones ne transmettent pas au corps humain un niveau d'onde supérieur à la réglementation.

Les smartphones 5G dégagent-ils trop d'ondes ? Non, répond l'ANFR © Unsplash - NordWood Themes

Les smartphones 5G ne transmettent pas au corps humain un niveau d'onde supérieur à la réglementation. L'Agence nationale des fréquences (ANFR) a rendu son premier bilan mardi 28 septembre 2021 suite au contrôle du débit d'absorption spécifique (DAS) sur les premiers smartphones 5G.

Le contrôle DAS permet de mesurer l'énergie transportée par les ondes électromagnétiques et absorbée par le corps humain lors de l'utilisation de l'appareil. Les seuils sont fixés à 2 W/kg pour le tronc et 4 W/Kg pour les membres. L'ANFR teste directement des téléphones portables commercialisés en France. Ce sont 46 téléphones portables, dont 13 smartphones 5G, qui ont été testés lors de cette première vague.

Une contribution de la 5G très basse
"Les premiers contrôles réalisés dans le cadre de la surveillance du marché montrent que la contribution supplémentaire de la 5G est très basse et n’apparaît que lorsque les antennes 4G et 5G dans le téléphone sont co-localisées", écrit l'ANFR. Effectivement, la 5G actuelle dans la bande des 3,5 GHz impose d'utiliser simultanément le réseau 4G et le réseau 5G. L'augmentation moyenne est de 0,4% pour le DAS mesuré sur le tronc et 1,8% pour celui mesuré au niveau des membres.

Seuls deux smartphones ont dépassés les seuils autorisés et ont "déjà fait l’objet d’une communication lors de la mise en œuvre de mises à jour logicielles par leurs fabricants", précise l'ANFR. Sont concernés les EssentielB HeYou 40 et 60, dont leur mise à jour logicielle doit permettre de réduire la puissance du téléphone et faire baisser le niveau d'émission des ondes.

Pour rassurer sur la 5G, le gouvernement avait annoncé en octobre 2020 vouloir doubler les contrôles d'exposition aux ondes électromagnétiques réalisés sur les smartphones ainsi que ceux des antennes de téléphonie mobile. Dans le détail, l'ANFR doit passer de 70 smartphones contrôlés en 2019 à 140 en 2021. L'organisme doit également renforcer le contrôle des antennes de téléphonie mobile.