[Viva Tech] Comment la scale-up Golden Bees décline la publicité programmatique au recrutement

Les algorithmes de deep learning de Golden Bees permettent aux recruteurs comme aux candidats de bénéficier d'une recherche calibrée. A l'occasion du salon Viva Technology, qui s'est tenu à Paris du 16 au 18 mai 2019, la scale-up parisienne a présenté son outil de bannières dynamiques visant à décloisonner le secteur des ressources humaines.

Sebastien Accambray, Jonathan Bordereau, Saqab Shah et Fariha Shah, cofondateurs de Golden Bees. © Golden Bees

Comment capitaliser sur les données toujours plus nombreuses des demandeurs d’emploi pour rendre les procédures de recrutement plus intelligentes ? Créée en juillet 2015, Golden Bees a développé des solutions de publicité programmatique pour toucher les candidats les plus adéquats ainsi qu’une plateforme de CV scorés pour les recruteurs. La scale-up a profité du salon Viva Technology, qui s’est tenu à Paris du 16 au 18 mai 2019, pour exposer sa solution ainsi que ses derniers développements en faveur des postulants.

DES ALGORITHMES DE DEEP LEARNING

Golden Bees tire parti des cookies des internautes pour identifier leur métier, voire leur niveau de compétences. "Ces données permettent d’automatiser le ciblage et de le traduire sous la forme d’une publicité dynamique", explique à L’Usine Digitale Fariha Shah, sa cofondatrice. Cette solution de publicité programmatique, baptisée "Dynamic Job Ads", a été "développée en interne" et assurerait "jusqu’à cinq fois plus de performance et d’engagement candidat" aux recruteurs.

Intérêts, compétences ou localisation : ce sont tant de critères qu’agrègent les algorithmes de deep learning de Golden Bees, pour permettre aux recruteurs de toucher les candidats adéquats. Quelque 400 000 offres d’emploi auraient déjà nourri sa solution. De quoi répondre aux problématiques de pénurie de main d’œuvre qualifiée ou de volume dans le cas des grandes entreprises. "Les chargés de RH sont conscients qu’ils ont besoin de changer leurs méthodes avec l'avènement du numérique", estime Fariha Shah.

Les bannières de Golden Bees sont générées par une intelligence artificielle

et s'adaptent à chaque individu grâce au deep learning.

"Une solution à 360°"

"Nous avons noué des partenariats avec différents sites spécialisés pour lancer Wan2Bee, le premier service à même de remplacer les publicités du Web par des offres d’emploi", indique Fariha Shah. Une solution "gratuite et à 360°", qui toucherait aussi bien les candidats actifs que passifs. L’objectif de la start-up, lauréate du pass French Tech en 2018 : décloisonner le secteur des ressources humaines, en ne limitant plus les candidatures aux seuls moteurs de recherche. "Notre solution permet de couvrir l’ensemble du Web, et surtout de présenter sur ces espaces un contenu utile et social", juge-t-elle.

Manpower, qui l’hébergeait lors du salon Viva Tech, mais aussi la Société générale, l’Armée et la SNCF : près de 200 entreprises et organismes feraient appel à Golden Bees. La scale-up pratique des tarifs au cas par cas, en fonction de la nature du poste recherché par l’entreprise cliente. Devant un marché prometteur et en pleine croissance – Golden Bees a elle-même connu une croissance record de 400 % sur l’année 2018 –, dit vouloir devenir "encore plus granulaire" sur les fonctionnalités à destination des postulants et lance des pages de candidature dynamiques, une "nouvelle brique technologique qui permettra d’adapter mieux encore le contenu d’une offre au profil d’un internaute". Un outil de plus pour permettre à la scale-up d’atteindre son prochain objectif : convaincre ETI et PME.