Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

12 ans après sa création, BlaBlaCar devient (enfin) rentable

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

L'entreprise française de covoiturage BlaBlaCar annonce mardi 25 septembre 2018, à l'occasion de France Digitale Day, sa rentabilité pour l'année 2018. La stratégie de diversification et d'expansion progressive mise en place par BlaBlaCar semble gagnante pour celle qui affiche ces bons résultats, douze ans après sa création.  

12 ans après sa création, BlaBlaCar devient (enfin) rentable
12 ans après sa création, BlaBlaCar devient (enfin) rentable © Blablacar

La start-up française spécialisée dans le covoiturage annonce mardi 25 septembre 2018 atteindre la rentabilité douze ans après sa création. A l'occasion du France Digitale Day, BlaBlaCar a précisé avoir franchi cette étape importante "qui illustre que les licornes en forte croissance s’inscrivent dans une réalité économique pérenne", selon Nicolas Brusson, cofondateur et CEO de BlaBlaCar, cité dans un communiqué.

 

BlaBlaCar peut annoncer "aujourd'hui que l’entreprise est rentable sur 2018 à ce jour", notamment grâce à la croissance de 40% de son activité par rapport à 2017. La plate-forme de covoiturage précise que plus de 50 millions de passagers voyageront sur BlaBlaCar dans le monde en 2018 et ajoute que la "gestion saine de ses ressources" contribue aussi à l'atteinte de cet objectif. Au total, BlaBlaCar dispose de 65 millions de membres répartis dans 22 pays dont 15 millions de membres en France.

 

D'importants marchés pas encore monétisés

Et le ciel est dégagé pour BlaBlaCar qui rêve d'un avenir encore meilleur. Si les levées de fonds de 200 millions de dollars en 2015 et 80 millions d'euros en 2016, mettait déjà la plate-forme de covoiturage à l'abri, l'annonce de cette rentabilité lui permet de renforcer sa stratégie sur le long terme et non pas d'être à la recherche d'un gain rapide.

 

Par exemple, "la Russie est le plus gros marché de BlaBlaCar" et le Brésil est un marché très prometteur, expliquait Nicolas Brusson à L'Usine Digitale en avril dernier. Mais l'entreprise française ne fait "aucun chiffre d'affaires sur ces marchés et a une politique d'expansion", ajoutait-il. L'objectif étant de grossir et à terme de monétiser ces marchés afin qu'ils deviennent rentables. Dans cette perspective, BlaBlaCar a racheté son concurrent russe Beepcar en août dernier pour consolider son essor dans le pays et y gagner en visibilité.

 

Stratégie de diversification

Si les épisodes de grèves à la SNCF ont contribué à une hausse de la fréquentation de la plate-forme de covoiturage, cela lui a surtout permis d'accélérer sa stratégie de diversification. Qu'il s'agisse de se développer plus amplement, de faire connaître BlaBlaLines, son offre de covoiturage domicile / travail généralisée début 2018 à toute la France, ou encore du lancement précipité des lignes de bus.

 

C'est bien en diversifiant ses activités et en innovant que BlaBlaCar espère assurer son leadership et continuer à dominer le marché du covoiturage. L'entreprise française a par exemple lancé en début 2018 un nouvel algorithme permettant aux passagers de se déplacer directement depuis leur adresse de départ et non pas depuis un hub de covoiturage. Lancement qui semble fonctionner puisque BlaBlaCar assure dans un communiqué qu'aujourd'hui "plus de 20% de son activité en France est générée par cette nouvelle solution". Avec sa rentabilité, BlaBlaCar va pouvoir poursuivre sa stratégie qui semble gagnante.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale