Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

2016, année charnière pour le stockage de données

En 2015, la quantité de données créées dans le monde, dopée par l'introduction et la popularité de nouvelles technologies, a connu une augmentation spectaculaire. Alors que les contours du stockage et de la gestion de vastes quantités de données commencent à se préciser, Mark Re, directeur général adjoint et directeur de la technologie de Seagate, explique pourquoi 2016 verra probablement la donne en matière de stockage et de sécurité changer de manière profonde.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

2016, année charnière pour le stockage de données
2016, année charnière pour le stockage de données © Seagate

À chaque heure de chaque jour, dans notre vie privée ou professionnelle, nous créons tous des données. Il y a trois ans, l'humanité a produit en une seule année assez de données en un an pour remplir 600 milliards de DVD. En 2020, nous produirons 40 zettaoctets (un trilliard d'octets) de données par an, soit plus de 5 200 gigaoctets de données par personne sur Terre. C'est l'équivalent de 1 million de photographies ou de 1 500 films en HD par personne. Le jour où le monde commencera à produire une quantité de données supérieure aux capacités de stockage arrive à grands pas. Cela pourrait même commencer cette année.

 

Si les débats autour des Big Data et de l'Internet des objets ne sont pas nouveaux, ils occupent le devant de la scène depuis un an ou deux. À mesure que la connectivité mobile, la technologie des capteurs et le cloud computing s'installent dans notre quotidien, nous devons tous réfléchir de manière proactive, particuliers comme entreprises, aux données que nous créons et à la nécessité de leur trouver un espace de stockage adapté. Il est de plus en plus urgent de trouver des modèles de stockage sûrs permettant un accès en temps réel à une quantité massive de données.

 

Forum économique mondial de Davos

En 2015, nous avons vu l'arrivée de nombreuses innovations technologiques dans le domaine du stockage de données. Disques durs à l'hélium, cartes accélératrices flash plus puissantes, technologies de cinétique informatique ultra performantes, services de récupération après sinistre basés sur le cloud... le vocabulaire du stockage s'est rapidement enrichi. S'il est vrai que les options (ou les acronymes percutants pour les décrire) ne manquent pas, le réel défi réside dans l'identification de la meilleure manière de les utiliser pour la tâche concernée.

 

Par exemple, une famille avec des enfants souhaite probablement autant enregistrer ses données personnelles en toute sécurité qu'une entreprise internationale ou qu'une compagnie d'assurances. Cependant, les processus permettant de répondre à ces deux besoins sont très différents. Le facteur commun aux deux contextes est la limite des ressources de stockage. Il faut donc modifier la manière dont nous stockons et gérons les données, tous les acteurs doivent adopter une approche plus élaborée et stratégique.

 

Ce défi, ainsi que l'ensemble des autres questions soulevées par "la quatrième révolution", ont été au cœur des discussions lors du Forum économique mondial de Davos en janvier dernier. L'édition 2016 a permis de constater la prise de conscience grandissante chez les leaders du secteur et les gouvernements de la nécessité d'une approche stratégique et collaborative de la gestion de cette révolution numérique, avec ses faiblesses et ses opportunités.  Le message de Davos est que, malgré les craintes suscitées par le rapprochement des sphères physique, numérique et biologique suite à la prolifération galopante de l'automatisation, le bilan reste en fin de compte positif en termes de compétitivité et de croissance.

 

Changer la donne

Un premier résultat tangible de l'accroissement de l'automatisation pour les entreprises est l'accélération de la création et de la propagation des données.  L'investissement technologique doit viser une gestion fiable et une sauvegarde des données en toute sécurité, afin que les entreprises tirent le meilleur profit des données qu'elles créent et qu'elles stockent. Les entreprises doivent prendre conscience du rôle essentiel du stockage pour la planification d'une infrastructure rentable et fonctionnelle. Cet enjeu doit être un impératif stratégique, au même titre que la sélection du bon système de GRC ou du bon outil de développement des applications. Prendre la bonne décision au bon moment est un pas considérable vers un avenir serein dans un marché en constante mutation.

 

Toutes ces perspectives ne laissent aucun doute sur le fait que 2016 sera marquée par un changement de la donne dans l'industrie du stockage de données et j'ai hâte d'observer son déroulement. Nous sommes à l'aube d'un grand bouleversement, et nous commençons à trouver des solutions fiables et rentables pour l'ensemble du spectre de nos clients. Le défi que constituent la création de ces solutions et leur déploiement dans les entreprises est loin d'être négligeable, mais il n'est pas non plus insurmontable.

 

Mark Re, directeur général adjoint et directeur de la technologie de Seagate

Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale