Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

53% des "petits" e-commerçants rentables en 2018 [Etude]

Étude Oxatis publie ce mardi 5 février 2019 son enquête dédiée à l’activité e-commerce des TPE/PME, réalisée en partenariat avec la Fevad et le cabinet Ernst & Young. Conclusion : l’e-commerce est une vraie opportunité pour les petits commerces.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

53% des petits e-commerçants rentables en 2018 [Etude]
53% des "petits" e-commerçants rentables en 2018 [Etude] © athree23/Pixabay
Les chiffres à retenir
• 83% des sites e-commerce (TPE et PME) rentables ou à l’équilibre
• 45% des e-commerçants implantés dans les communes de moins de 20 000 habitants
• 9 800 postes créés en France


Les ventes en ligne jouent un rôle moteur dans le développement économique des territoires. C’est l’une des conclusions de l’enquête* menée par Oxatis (solution de création de sites e-commerce), dédiée à l’activité e-commerce des PME et réalisée en partenariat avec la Fevad et le cabinet Ernst & Young. "Avec un bon niveau de rentabilité, un impact positif du Web sur les magasins physiques (points de vente traditionnels), des perspectives de recrutement très favorables et une présence forte dans les petites communes, l’e-commerce représente une opportunité de croissance majeure", résume l’étude publiée ce 5 février 2019.

 

Consentir des investissements marketing

Bonne nouvelle pour les e-commerçants : selon Oxatis, 83% des e-commerçants seraient rentables ou à l’équilibre en 2018. Un chiffre en progrès, puisque la proportion des sites rentables en 2017 était de 33%, et que cette valeur passe à 53% en 2018 soit une augmentation de 20 points… mais qui ne doit pas faire oublier "les périodes d’investissement pendant laquelle les sociétés ont misé sur la création de leur site et les actions de visibilité", rappelle l’étude. La proportion des sites déficitaires a baissé quant à elle de 19%. A noter que sur le segment BtoB, 87% des sites des PME sont rentables. "Cette croissance devrait encore se renforcer dans les prochains mois sur un marché qui avoisinera les 200 milliards d’euros à l’horizon 2022, soit plus de deux fois le marché actuel du BtoC en France, selon les prévisions de l’Insee", ajoute l'étude.

 

La complémentarité offline et online

L’enquête montre que 80% des entreprises qui gèrent à la fois un site e-commerce et un magasin traditionnel constatent un impact positif de leurs sites sur leurs boutiques physiques. Cette impression est en très nette progression (56% en 2016 et 65% en 2017). 79% des commerçants observent une augmentation de la fréquentation en magasins après consultation du site et 60% des PME interrogées constatent une progression de plus de 10% du chiffre d’affaires en point de vente physique à la suite du lancement de leur site. "Toutes les PME ont intérêt à utiliser le commerce en ligne comme prolongement de leur activité, à la fois en tant que canal de vente supplémentaire et comme support de communication et d’attractivité pour développer leur relation client", préconise Oxatis. Par ailleurs, les e-commerçants exportent 5 fois plus que la moyenne des entreprises françaises.

 

Un secteur dynamique en termes d’emploi

Côté emploi, 16 % des e-commerçants ont réalisé l’embauche d’au moins un salarié en 2018. Un chiffre relativement stable sur les deux dernières années puisque cette proportion était de 18% en 2017 et 17% en 2016. "Avec plus de 182 000 sites actifs en France, en janvier 2018, on peut estimer que l’e-commerce a généré plus de 42 000 emplois en 2018. Avec 23% des e-commerçants qui déclarent vouloir recruter en 2019 et sur la base des 42 600 sites qui réalisent un CA annuel compris entre 100K€ et 10M€ (Fevad, 2019), on peut estimer le nombre d’emplois créés à 13 500 soit près de 10 % des 133 000 emplois prévus par la projection Insee banque de France", estme Oxatis.


Les profils recherchés concernent le commerce et du marketing (43%) alors que les métiers en lien avec les renforts logistiques (la gestion des entrepôts ou la préparation de commande) sont nettement moins représentés (26%). L’étude note par ailleurs que la part des sociétés de plus de 5 salariés a triplé en trois ans en passant de 12 à 25%. A noter que les PME sont friands d'outils comme Facebook et Google Ads comme outils marketing.

 

Comment l’e-commerce peut-il dynamiser les territoires dans un contexte de dévitalisation de certaines communes ? Accusé parfois de nuire au commerce local, "il représente un fort terrain d’opportunités", selon Oxatis. L’enquête montre que presque un e-commerçant sur deux est implanté dans les communes de moins de 20 000 habitants (45%). "L’e-commerce est donc en train de s’affirmer comme un réel contributeur au dynamisme et à l’attractivité économique des territoires […]. Les PME de l’e-commerce participent donc à renverser la tendance au déclin démographique dans les territoires et permet de concilier judicieusement la digitalisation des PME avec une décentralisation réussie", conclut l’enquête.

 

 

*Enquête menée par Oxatis sur plus de 1900 e-commerçants du 27 novembre 2018 au 22 décembre 2018. 403 répondants en France. La méthodologie, le processus de collecte et de traitement des informations ainsi que les résultats chiffrés ont été audités et validés par Ernst & Young en janvier 2019.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale