Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

5àsec numérise le pressing avec la conciergerie électronique Groombox

En octobre 2015, le groupe de pressing 5àsec a acquis Groombox, une société spécialisée dans la conciergerie électronique. De quoi diversifier son offre de proximité destinée à sa clientèle urbaine, et entrer de plain pied dans le digital. Explications.  
mis à jour le 20 octobre 2015 à 09H41
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

5àsec numérise le pressing avec la conciergerie électronique Groombox
5àsec numérise le pressing avec la conciergerie électronique Groombox © Groombox

Le groupe 5àsec, leader du nettoyage à sec, vient de prendre une participation majoritaire dans Groombox, une start-up qui a développé une solution de conciergerie connectée. Le principe ? Des casiers connectés qui s'ouvrent ou se referment en communiquant avec le smartphone du client par NFC. Entre l'ouverture et la fermeture, le prestataire de service (pressing, cordonnerie...) assure le nettoyage ou la réparation de l'article et sa logistique.

 

"Le pressing représente 80% de notre activité", explique Julien Recoing, directeur général de Groombox, devenu directeur du business developpement France et de la stratégie digitale du groupe 5àsec depuis l'acquisition. "Nous avons ainsi rapidement compris l'intérêt de verticaliser notre business en intégrant le pressing". L'achat de la jeune pousse est l'occasion pour le pressing "d'entrer sur le marché de la conciergerie, et d'accélérer la digitalisation de la relation client", selon Nicolas Boucault, CEO du groupe 5àsec.

 

UN ANCRAGE B2B

Pourquoi la conciergerie, et plus encore la conciergerie d'entreprise ? Le secteur est traditionnellement coûteux : "30 000 à 100 000 euros, avance Julien Recoing. Les consignes Groombox sont placées en entreprise pour un coût très inférieur : 0 à 6500 euros hors taxe par an". 

 

80% des consignes sont implantées en entreprise, sur le trajet quotidien de ses clients (CMG Sports Club, Pickup Store Saint Lazare, centre commercial des Quatre Temps à la Défense...). Elles sont d'ailleurs accessibles 24 heures sur 24. Pour quel déploiement ? "Nous ouvrons en moyenne une conciergerie tous les 10 jours, et en avons pour l'instant installé plus de 60 en Île-de-France", détaille le directeur du digital. Ce n'est cependant pas le réseau d'enseignes 5àsec qui est sollicité pour le traitement des vêtements, mais une usine de pressing industriel.

 

Deux marques pour une stratégie DIGITALE commune

"C'est un nouveau business model que nous développons à l'intérieur du groupe, en parallèle de celui du pressing traditionnel", poursuit Julien Recoing. Mais surtout les deux marques font stratégie digitale commune. "Nous allons contribuer par notre approche digitale, au développement du nouveau modèle stratégique du groupe", explique celui qui est aussi pilote des projets innovants. Et des initiatives numériques, le groupe semble en avoir dans les cartons : elle prépare pour le premier trimestre 2016 une application mobile, sans fournir plus de précisions pour le moment.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media