Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

5G, cloud, R&D… A Shenzhen, Huawei fixe sa stratégie mondiale lors de son Analyst Summit

Le géant chinois des télécoms Huawei tient son seizième Analyst Summit du mardi 16 au jeudi 18 avril 2019, près de son siège social de Shenzhen (Chine). L’occasion de faire le point sur sa stratégie et sur les chantiers entrepris en matière d’innovation et de recherche.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

5G, cloud, R&D… A Shenzhen, Huawei fixe sa stratégie mondiale lors de son Analyst Summit
5G, cloud, R&D… A Shenzhen, Huawei fixe sa stratégie mondiale lors de son Analyst Summit © Huawei

L’année 2018 a été cruciale pour Huawei. A l’occasion de son seizième Analyst Summit, qui se tient du mardi 16 au jeudi 18 avril 2019 juste à côté de son siège social de Shenzhen (Chine), le géant des télécoms est revenu sur les "progrès significatifs" qu’il a connus en matière de croissance économique et de développement technologique… et s’est fixé un cap pour les cinq prochaines années.

 

Quarante contrats pour la 5g de Huawei

Au départ, un constat. "La 5G est arrivée à nous bien plus vite que ce que nous attendions", a souligné en ouverture Ken Hu, président tournant de Huawei. Voilà pourquoi son groupe a accéléré l’an dernier dans le déploiement de cette technologie, créneau sur lequel il fait aujourd’hui figure de champion. L’entreprise ne perçoit pas ce nouveau type de réseau de la même manière que les précédents. "Il ne s'agit plus d’un simple canal, mais bien d’une plateforme à part entière", a estimé Ken Hu. Une technologie à même de proposer de très nombreux services, de la diffusion vidéo en 4K à une réalité virtuelle dépourvue d’effets secondaires pour l’usager, et qui se développe à une vitesse jusqu’alors inégalée. "Pour la première fois, des appareils compatibles sont commercialisés dans le même temps qu’un nouveau réseau est implémenté", a rappelé le président de Huawei.

 

Le géant chinois des télécoms a profité de l’événement pour souligner son avance dans le domaine, annonçant la signature de quelque 40 contrats commerciaux à la fin mars 2019. Selon ses projections, près de 3 milliards de personnes pourraient avoir recours à la 5G d’ici à 2025. En soutien à une utilisation aussi massive, l’équipementier décline son objectif au travers d’un slogan : "Développer des réseaux plus simples, plus puissants et, surtout, plus intelligents". Le tout avec le moins d’équipement et une installation la plus simple possible, pour optimiser le déploiement. Son premier smartphone compatible, le Mate X, avait été dévoilé au Mobile World Congress (MWC) de Barcelone en février dernier. Pliable, ce mobile de nouvelle génération devrait être commercialisé dans les prochains mois.

 

Ecourager l’adoption du cloud par les entreprises

Autre gros chantier de Huawei : l’intelligence artificielle. L’entreprise confirme son investissement massif dans le domaine – à hauteur de 13 milliards d’euros en 2018, soit 14,1 % de son chiffre d’affaires annuel, pour "mener en tête la course au meilleur service cloud". C’est autour de ce service qu’elle entend bâtir son cœur de solution. Environnement, transport, logistique, santé… Applicable à des domaines variés, l’IA devrait permettre une adoption plus rapide du cloud. Pas moins de "97% des grandes entreprises l’utiliseront d’ici à cinq ans", d’après une projection du géant des télécoms.

 

Des services adressés aux entreprises et à l’industrie, mais également aux autorités publiques. L’équipementier chinois travaille par exemple avec Shenzhen dans le but d’optimiser la gestion des feux de circulation… et aurait déjà enregistré une baisse de 17 % du taux de congestion dans les rues de la ville. Pour Huawei, qui aspire à "mettre l’utilisateur au centre de l’expérience", l’IA représente aussi un moyen de réduire la fragmentation digitale alors qu’appareils et applications se font toujours plus nombreux. En étude dans les centres de R&D de la firme, une solution de recherche intelligente visant à faire apparaître spécifiquement le bon contenu au bon moment traduit cette volonté de simplification dans l’interaction entre l’homme et la machine.

 

Soutenir la recherche, en interne et en partenariat

"Le futur de la technologie repose sur les découvertes théoriques". Huawei maintient son cap en ce qui concerne la recherche… allant même jusqu’à afficher son désir de pousser plus loin certaines lois mathématiques. "Les principes exposés par Shannon ou Moore atteignent leurs limites, a démontré William Xu, président du conseil d’administration. Elles ne rendront bientôt plus possibles de nouvelles découvertes". C’est dans cette optique que l’entreprise assure débloquer chaque année 265 millions d’euros pour soutenir la recherche académique. Cette "innovation 2.0", comme elle l’a baptisée, se traduira notamment par des partenariats avec de prestigieuses universités – comme c’est déjà le cas avec Eurecom, dans le sud de la France, ainsi que la création d’un laboratoire de recherche stratégique. Objectif du géant des télécoms : "Rester à l’avant-garde en matière technologique".

 

"La connectivité, l’informatique et le cloud constitueront l’infrastructure de ce monde intelligent, alimenté à l’intelligence artificielle", a estimé David Wang, directeur exécutif. L’entreprise, qui dit "accorder toute son attention à la digitalisation de l’industrie", espère pouvoir proposer une offre globale dotée d’un service de cloud parmi les moins onéreux du marché. Aujourd’hui, ce sont près de 400 autorités publiques et 510 millions d'objets connectés qui ont recours au service. Au travers de l’ensemble des actions décrites au cours de ce sommet mondial annuel, Huawei a voulu démontrer son ambition de devenir "le sol fertile dans lequel nos partenaires experts en IA pourront pousser". Car, selon la vision du géant chinois, "l’avenir se construira main dans la main avec les développeurs".

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media