Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

5G : Orange et Proximus abandonnent Huawei pour Nokia et Ericsson en Belgique

Vu ailleurs Dans le cadre du déploiement de la 5G en Belgique, Orange et Proximus tournent le dos à Huawei et choisissent les européens Nokia et Ericsson. Les opérateurs évoquent des raisons purement techniques, alors que l'équipementier est accusé d'espionnage pour le compte de Pékin.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

5G : Orange et Proximus abandonnent Huawei pour Nokia et Ericsson en Belgique
5G : Orange et Proximus abandonnent Huawei pour Nokia et Ericsson en Belgique © Ericsson

La filiale belge d'Orange et l'opérateur Proximus, dont l'Etat belge est l'actionnaire majoritaire, sont en passe de remplacer progressivement leurs équipements Huawei par des produits des fabricants européens Nokia et Ericsson dans le cadre du déploiement de la 5G, rapporte Reuters.

Les opérateurs évoquent un choix technique
Difficile de ne pas voir dans ce choix une conséquence des accusations d'espionnage portées par les Etats-Unis. Orange évoque officiellement "un processus comparatif approfondi, fondé sur des critères technologiques, opérationnels et financiers".

Même discours du côté de Proximus qui a choisi Nokia "pour moderniser progressivement ses réseaux 2G/3G/4G existants d'ici 2023", explique l'opérateur historique dans son communiqué. "Pour la partie cœur de réseau data mobile, le choix de Proximus s'est porté sur Ericsson pour son cœur 5G dual-mode", poursuit-il.

Pour Huawei, c'est un nouveau coup dur. Les contrats signés par Proximus et Orange s'étalent traditionnellement sur 10 ans et représentent quelques centaines de millions d'euros. Mais cette décision risque également de ralentir le déploiement de la 5G en Belgique car Huawei était en avance par rapport à ses concurrents européens.

Le Royaume-Uni évince Huawei
L'étau se resserre pour Huawei. En juillet 2020, le Royaume-Uni a exclu l'équipementier chinois du réseau 5G arguant d'un risque de sécurité. "Le meilleur moyen de sécuriser notre réseau est que les opérateurs cessent d’utiliser les équipements Huawei pour construire le futur réseau 5G britannique", a souligné Oliver Dowden, le ministre chargé de la culture et du numérique.

Alors qu'elle n'a pas pris d'interdiction officielle, la France pourrait tout de même bannir Huawei de ses réseaux 5G. Les pouvoirs publics ne délivreront pas de prorogation aux opérateurs français souhaitant acheter des équipements 5G à Huawei. Résultat : d'ici 2028, le géant chinois pourrait être totalement évincé des réseaux 5G français.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media