Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

7 - Comme Nest, privilégier une idée simple mais forte

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

En janvier, Google a acheté pour 3,2 milliards de dollars la pépite californienne Nest Labs, qui a mis au point un thermostat et un détecteur de fumée connectés. "Nest Labs crée et réinvente des produits avec lesquels nous avons grandi et qui restent encore aujourd’hui exactement les mêmes que quand j’étais un gosse, expliquait Tony Fadell, le fondateur de la start-up, fin 2013, à l’occasion de son passage à Paris pour LeWeb13. Si vous regardez votre téléphone chez vous, il n’est plus du tout le même. Parfois, vous n’en avez même plus. Et la télévision a complètement changé. Alors pourquoi pas les autres objets ?"

Adapter tous les objets du quotidien au XXIe siècle, une idée simple – et bien plus prometteuse que le thermostat connecté – qui a convaincu les premiers investisseurs de Nest. Elle constitue une ligne directrice pour l’entreprise, qui s’y réfère en permanence. Cela ne signifie pas pour autant qu’elle soit facile à mettre en œuvre. Bien au contraire. Chez Nest, elle s’est d’abord concrétisée au travers d’un thermostat, puis d’un détecteur de fumée.

L’idée à retenir : Partir d’une idée simple et s’y tenir.

 

L’entreprise californienne a fait évoluer son concept de départ en s’imposant des contraintes fortes de design industriel et en pensant immédiatement en termes de plate-forme. Tony Fadell, qui pilote toujours Nest chez Google, n’est rien moins que l’un des designers de l’iPod. Il s’est donc naturellement servi du design pour définir la forme et l’utilisation de ses produits qui rappellent leurs ancêtres, mais adoptent la simplicité et l’ergonomie des produits connectés d’aujourd’hui. Le petit lecteur MP3 d’Apple, avant même l’iPhone sur lequel Tony Fadell a aussi travaillé, a posé les bases de ce qui allait devenir iTunes et le nouveau modèle de consommation de musique à la demande.

Nest n’a donc pas conçu des objets connectés, mais une plate-forme pour son thermostat, pour son détecteur de fumée, ainsi que pour tous les futurs objets connectés de la maison. Les objets dialoguent entre eux. En cas d’alerte, le détecteur de fumée peut prévenir les thermostats qui se règlent alors sur une température inférieure. Mais ils apprennent aussi à partir des données sur le comportement des habitants du logement. Et sans surprise, très vite, Nest a ouvert cette plate-forme à des développeurs tiers, permettant la création d’applications et d’autres objets compatibles.

En France, Rafi Haldjian, qui a fondé Sen.se, a adopté la même démarche de plate-forme. Il a mis au point un petit module central (Mother) et des dispositifs de connexion (les cookies) qui s’installent sur n’importe quel objet. Comme Nest, il conçoit ses produits en partant de la plate-forme, du design, des données. Nul besoin de développer une brosse à dents connectée, par exemple. Un cookie sur la brosse à dents habituelle et une application idoine suffisent.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale