Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

A la demande d'Amazon, un juge a suspendu le contrat cloud JEDI accordé à Microsoft

Vu ailleurs Un juge a prononcé une suspension temporaire du contrat cloud accordé à Microsoft. Ce contrat JEDI d'un montant de 10 milliards de dollars est contesté par Amazon Web Services (AWS) qui invoque notamment des raisons politiques et l'animosité affichée du président Donald Trump envers son fondateur Jeff Bezos. Microsoft et le département de la Défense se montrent néanmoins tous les deux confiants.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

A la demande d'Amazon, un juge a suspendu le contrat cloud JEDI accordé à Microsoft
A la demande d'Amazon, un juge a suspendu le contrat cloud JEDI accordé à Microsoft © Wikimedia Commons

Un juge américain a temporairement suspendu le contrat cloud accordé à Microsoft, selon un article de CNBC publié jeudi 13 février. Le "Joint Enterprise Defense Infrastructure" Cloud (JEDI), un contrat de 10 milliards de dollars remporté fin octobre par Microsoft, a très rapidement été contesté par Amazon Web Services (AWS) et des raisons politiques ont été invoquées.

 

L'animosité du président Donald Trump envers Amazon et son fondateur Jeff Bezos a été mise en avant. Ce dernier est propriétaire du Washington Post, média relativement critique vis-à-vis de l'administration Trump. AWS a finalement décidé de contester l'attribution du contrat JEDI à Microsoft devant une cour fédérale.

 

Microsoft et le département de la Défense sont confiants

Microsoft et le département de la Justice ont tous les deux critiqué cette décision et se montrent confiants sur la suite de la procédure. Le lieutenant-colonel Robert Carver "pense que les actions prises à l'occasion de ce litige retardent de manière inutiles la stratégie de modernisation du département de la Défense et privent nos combattants de capacités dont ils ont urgemment besoin", rapporte CNBC.

 

"Nous sommes déçus par ce délai supplémentaire mais nous pensons que finalement nous pourront avancer avec l'objectif de permettre aux personnes qui servent notre pays d'accéder à cette nouvelle technologie dont ils ont tant besoin, a déclaré au site CNBC Frank Shaw, vice-président de Microsoft en charge de la communication. Nous avons confiance dans le département de la Défense, et nous pensons que les faits montreront que le processus de sélection était détaillé, approfondi et équitable pour aboutir à la conclusion que Microsoft répondait au mieux aux besoins des combattants".

 

Amazon a dû provisionner 42 millions de dollars pour d'éventuels dommages et intérêts qui pourraient être prononcés dans le cas où "l'injonction a été prononcée à tort", ajoute CNBC. Pour l'instant, AWS est devant Microsoft sur ce marché de l'infrastructure cloud et l'entreprise de Jeff Bezos souhaite garder sa place.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media