Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

À Lyon, la navette autonome Navly joue les prolongations

Navly, la navette 100% électrique sans chauffeur, va continuer à desservir le quartier de Confluence à Lyon. Testée depuis septembre 2016, l’expérimentation se poursuit a minima jusqu’à fin 2017, voire fin 2018.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

À Lyon, la navette autonome Navly joue les prolongations
À Lyon, la navette autonome Navly joue les prolongations © Navya

À Confluence, au sud de la presqu’île lyonnaise, Navly poursuit sa voie. Un an après son lancement en septembre 2016, l’expérimentation de ce service régulier de véhicules électriques sans chauffeur est prolongée jusqu’à fin 2017 et probablement fin 2018, puisqu’une demande en ce sens a été adressée au ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. C’est ce qu’ont annoncé conjointement le fabriquant Navya et l’exploitant de réseau Keolis. En quatorze mois, les deux véhicules en fonctionnement – d’une capacité de 15 places - ont transporté 22 000 personnes, des salariés du quartier et des touristes.
 

Des perfectionnements techniques

Les navettes disposent de lidars, caméras de stéréovision, GPS, systèmes de guidage et de détection qui utilisent simultanément plusieurs technologies (IMU, odométrie…). Mais cette année d’expérimentation a permis de mettre au jour des perfectionnements techniques : des climatisations ont été intégrées et un nouveau système de chauffage va bientôt l’être. De multiples améliorations sont prévues, comme le contournement des obstacles - plutôt que l’arrêt -  et l’amélioration du freinage, pour le rendre moins brusque. L’architecture capteurs va évoluer et le confort de navigation va être optimisé. La communication entre les véhicules et les infrastructures (feux de signalisation…) est un axe important de développement, l’enjeu est d’intégrer les navettes à la circulation. La vitesse des véhicules (20km/heure actuellement) va aussi augmenter. En parallèle, l’application "Navly" qui permet de suivre en direct le trajet des véhicules, a été lancée sur l’Apple Store et Google Play.
 

L’enjeu du dernier kilomètre

Navly
Keolis et Navya ont co-créé la société d’exploitation Navly. 500 000 euros ont été investis au début du projet. Le fonctionnement de cette navette est financé par le Grand Lyon et le Sytral.
Avec la prolongation de l’expérimentation, Keolis et Navya entendent prouver la fiabilité des navettes, améliorer le service et augmenter le nombre d’usagers. "Au-delà de l’aspect expérimental, nous voulons démontrer que ce service de navettes peut compléter les autres moyens de transport pour un maillage plus fin de l’agglomération", expose Pascal Jacquesson, directeur général de Keolis Lyon. Navly réalise la desserte du dernier kilomètre (1,3 km plus précisément), en complément de la ligne de tramway. "Demain, elle pourrait être utilisée sur des campus, des grands hôpitaux ou des zones industrielles", ajoute David Kimelfeld, président de la métropole lyonnaise. D’autres lieux de test sont ainsi envisagés dans la métropole, notamment entre la gare de Perrache et Confluence.


Les navettes de Navya essaiment dans le monde. Outre l’expérimentation en cours sur l’esplanade de la Défense à Paris, une première utilisation en site ouvert est lancée en novembre à Las Vegas. Une cinquantaine de véhicules sont en service dans le monde. Des projets sont en cours aux Etats-Unis, en Australie, en Belgique, en Suède…


Marie Albessard / Agence Pleins Titres

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale