Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

A Montpellier, le "Game Challenge" confronte 70 étudiants des jeux vidéo aux réalités de la création en studio

Dans l’ancienne mairie de Montpellier, 70 étudiants d’une dizaine d’écoles de jeux vidéo s’affrontent durant 72 heures, encadrés par des créatifs d’Ubisoft Montréal et Montpellier. Ce "Game Challenge", qui veut placer les équipes de jeunes game designers et développeurs dans des conditions "réelles", s’inscrit dans le "Montpellier in Game" de la semaine DigiWorld Week. Celle-ci programme une cinquantaine d’événements "digitaux" dans la ville.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

A Montpellier, le Game Challenge confronte 70 étudiants des jeux vidéo aux réalités de la création en studio
A Montpellier, le "Game Challenge" confronte 70 étudiants des jeux vidéo aux réalités de la création en studio © Sylvie Brouillet

Depuis ce lundi 14 novembre 2016, 70 étudiants programmeurs et "game designers" rassemblés à l’Espace French Tech de l’ancienne mairie de Montpellier s’affrontent pendant 72 heures non-stop, encadrés par des professionnels d’Ubisoft Montréal et Montpellier. Objectif : créer une maquette de jeu vidéo à partir de conditions proches de la vie en entreprise. Selon le game director Alexis Jolis-Desautels (Ubisoft Montréal) soucieux "d’animer la scène académique", l’idée a germé d’une discussion avec le consultant expert jeu vidéo à IDATE DigiWorld, Laurent Michaud et depuis 2013, le GaCha s’inscrit dans l’événement Montpellier in Game (MIG) dédié aux jeux vidéo.

72 h non stop pour créer un jeu vidéo

Piloté par Montpellier Méditerranée Métropole, il a lieu durant la DigiWorld Week, semaine vouée au décryptage du monde numérique. Coorganisatrice du GaCha, l’association de professionnels de jeux vidéo du Sud de la France, Push Start fait le lien avec les écoles. "Cette année sont représentées les Montpelliéraines Objectif 3D, IEFM’3d et ArtFx, les universités Paul Valéry et l’université de Montpellier, l’école de game design ETPA de Toulouse et le master MAJE de Nice-Sophia Antipolis", liste Guillaume Jamet, vice-président de Push Start. L’association, fondée en février 2015, mixe professionnels et étudiants des jeux vidéo.


CHAT DE SCHRÖDINGER

"Lorsque qu’on me demande pourquoi je viens à Montpellier pour ce GaCha, je réponds que cette aventure pédagogique n’existe qu’ici", assure Alexis Jolis-Desautels. Avec Kaermack Polewska, game designer chez Ubisoft Montréal, il challenge cette année les équipes d’étudiants sur le "chat de Schrödinger" (célèbre expérience de physique quantique). "Un très bon thème, multi-facettes et très ouvert", assure Alexis Jolis-Desautels. Pour reproduire des situations proches de la vie réelle, les équipes de deux game designers, quatre programmeurs, trois graphistes et un sound designer, sont constituées au début du Game Challenge par les organisateurs. Pour la même raison, 5 "cartes de la destinée" tirées au sort par chaque équipe fixent une série de contraintes. "La culture du jam est très forte dans les jeux vidéo, mais c’est en travaillant avec des contraintes que les étudiants vont apprendre le plus. Avoir des contraintes, c’est productif", commente Alexis Jolis-Desautels.


Pour encadrer et participer au jury, Ubisoft Montpellier mobilise aussi huit talents "maison". Le vice-président de Gumi Europe (spécialiste du jeu social sur mobiles) a aussi accepté l’invitation. Ils évalueront le gameplay, l’expérience joueur et la technique. De quoi enrichir un CV étudiant. "lI ne s’agit pas de recruter, nuance Alexis Jolis-Desautels. Cela dit, des participants à d’anciens Game challenges nous ont recontactés et cela a pu déboucher sur des stages".


MONTPELLIER, VIVIER POUR LES JEUX VIDÉO

En particulier grâce à l’implantation d’Ubisoft Montpellier qui remonte à plus de 15 ans, la ville est devenue l’une des places fortes du jeu vidéo. Selon le Baromètre du syndicat national du jeu vidéo SNJV et d’IDATE DigiWorld, la région Occitanie constitue la deuxième région française, derrière l’Île-de-France, en nombre d’entreprises dédiées : 87 sociétés, concentrées autour de Montpellier, emploient 600 personnes. Selon Laurent Michaud d’IDATE DigiWorld, 250 étudiants sont formés en région dans une dizaine d’écoles tous les ans. "Cela prend de l’ampleur car ces métiers attirent les jeunes, assure Guillaume Jamet. J’ai encore découvert récemment deux nouvelles écoles."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale