Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

À Montpellier, Mon Chasseur Immo lève 3,5 millions d’euros

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Levée de fonds La start-up née en 2012 à Montpellier a réussi son troisième tour de table, de 3,5 M€, auprès d’investisseurs, de business angels, de Bpifrance et de banques. Sa mission : simplifier la recherche immobilière des acheteurs en associant plateforme numérique et "chasseurs d’appartements".

À Montpellier, Mon Chasseur Immo lève 3,5 millions d’euros
À Montpellier, Mon Chasseur Immo lève 3,5 millions d’euros © Mon Chasseur Immo

La start-up montpelliéraine Mon Chasseur Immo, accompagnée par le cabinet LFE Partners, annonce en octobre avoir levé 3,5 millions d’euros auprès d’investisseurs et financeurs : deux capitaux-risqueurs régionaux, IRDI Soridec et Solifaro, Agami, des business angels, Bpifrance et des banques. Selon le président-fondateur Frédéric Bourelly, cette levée de fonds doit permettre de financer la R&D, le recrutement et la formation des "chasseurs immobiliers" (professionnels indépendants).


C’est la troisième levée de fonds de la start-up fondée sous le nom Netac : la première (350 000 euros) a été bouclée peu après la création en 2012, et la deuxième (820 000 euros) au lancement du service en 2014. Quatre ans plus tard, Mon Chasseur Immo (marque rachetée et adoptée en 2017) revendique 2 300 missions auprès de sa cible exclusive : les acheteurs immobiliers (dans le neuf ou l’ancien).


"Si le vendeur est sur-sollicité par les agences, tout restait à inventer pour les acheteurs, or rechercher un bien prend un temps énorme, explique Frédéric Bourelly, qui avait travaillé chez des SSII et des promoteurs immobiliers. Mon Chasseur Immo veut combiner le meilleur de l’humain et du digital." L’entreprise a mis en natif la dimension digitale dans la recherche immobilière, en la complétant de l’expertise de chasseurs immobiliers. Elle collabore aujourd’hui avec 50 d’entre eux dans 12 grandes villes françaises.

 

Crawling, scoring et live chat

Selon Mon Chasseur Immo, le développement de sa plateforme propriétaire a nécessité 2000 "jours-homme" de développement. Elle combine un moteur de recherche pour des requêtes automatisées en profondeur sur les annonces, des algorithmes de scoring, de l’analyse prédictive, et la gestion de la relation client.


Après un mandat de recherche confié à Mon Chasseur Immo, acheteur et chasseur immobilier avancent dans le projet via l’application disponible sur ordinateur, tablette et mobile (iOS et Android). En temps réel, l’acheteur reçoit des alertes du chasseur immobilier sur des offres qualifiées, géolocalisées, visualisées, peut interagir avec lui par chat et classer les offres dans un portfolio. Tout chasseur immobilier est formé sur l’application par Mon Chasseur Immo, qui s’occupe aussi de la prospection des acheteurs et de la partie administrative.


La start-up programme en 2019 le lancement de la version 3 de sa plateforme métiers et travaille sur l’enrichissement du service par plus d’intelligence artificielle, notamment sur l’adéquation entre les biens détectés et les critères de l’acheteur, ou la cohérence entre les critères et les biens disponibles sur le marché.
 

Double lauréat Pass French Tech

Basé durant cinq ans à la pépinière Cap Oméga du BIC de la métropole de Montpellier, dédiée aux nouvelles technologies et au numérique, Mon Chasseur Immo a installé son siège dans les locaux du « Village by CA Languedoc » de Montpellier ouvert fin 2017. L’entreprise, qui emploie 15 personnes, a aussi ouvert en 2018 des bureaux à Paris, Lyon et Bordeaux.

L’entreprise évoque un chiffre d’affaires (déposé mais confidentiel) multiplié par quatre ans en trois ans. Mon Chasseur Immo, arrivé 29e au classement "Technology Fast 50"  2017 de Deloitte, est aussi double lauréat Pass Frech Tech. Après une première labellisation obtenue en octobre 2016, sa croissance lui a permis d’être à nouveau lauréat en 2017-2018. Une récompense reçue à l’Elysée le 25 septembre 2018, des mains du secrétaire d’Etat au numérique Mounir Mahjoubi.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale