Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

À Montpellier, un diplôme d'université creuse la gestion des données de la science

Rattaché à l’Institut de Science des Données de Montpellier, le nouveau diplôme d’université "Scientific Data Management" zoome en douze modules, en formation continue ou initiale, sur la gestion des données de la recherche.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

À Montpellier, un diplôme d'université creuse la gestion des données de la science
À Montpellier, un diplôme d'université creuse la gestion des données de la science

La nouvelle formation "Scientific Data management" qui doit débuter en septembre à l’Université de Montpellier veut amener des chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants et post-doctorants, étudiants en master, ainsi que des ingénieurs et des porteurs de projets innovants, à réfléchir aux enjeux et à s’approprier les outils de la gestion des données de la recherche scientifique.

"C’est notamment important dans le cadre de projets collaboratifs, de comprendre l’exploitation et la diffusion des données scientifiques", commente Agnès Robin, responsable de la formation et chargée de mission à l’Institut de Science des Données de Montpellier (ISDM) auquel est rattaché ce Diplôme d’Université (DU). Inauguré en janvier 2020, l’ISDM veut "fédérer les énergies autour de la science des données et des données de la science. Il y a une vraie dynamique à Montpellier".

Le numérique a révolutionné la gestion des données scientifiques
Le DU est né dans la foulée du programme de recherche CommonData, mené depuis quatre ans sur le statut juridique des données. "Nous avons tenu six journaux d’études, échangé avec les services de valorisation, mené une étude en ligne sur les pratiques de gestion. Elle a confirmé, à petite échelle, que les chercheurs n’ont pas forcément conscience du sort réservé à leurs données."

Pour Agnès Robin, maître de conférence spécialiste en droit des créations immatérielles, le numérique a bouleversé la diffusion et la conservation des données scientifiques. "C’est clair, le numérique un maelstrom pour l’écosystème, notamment pour les éditeurs de revues. Tout un chacun peut éditer, le rapport de force est modifié."

UN PARCOURS EN 12 MODULES
Selon l’université de Montpellier, la thématique du DU serait unique en Europe. Accessible via la formation initiale ou continue, il comprend 12 modules (un par mois) sur l’informatique appliquée à la gestion des données, l’ingénierie des données (anonymisation, stockage, archivage), l’ingénierie de projets, le droit de la propriété intellectuelle et du numérique... "Pour les intervenants, je suis allée chercher des compétences au plan national, comme le directeur de l’Office français de l’intégrité scientifique, et des gens très opérationnels, ceux qui nettoient et stockent les données", relève Agnès Robin.

Pour être viable, un diplôme d’université doit s’autofinancer. Une quinzaine de personnes sont déjà inscrites, il faut 10 personnes minimum en formation continue pour démarrer. La formation - prévue en présentiel - est soutenue par une subvention pour l’innovation pédagogique de l’i-Site MUSE (Montpellier Université d’Excellence) et labellisée par la Graduate School de l’Institut Convergences Agriculture Numérique #DigitAg de Montpellier.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media