Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

A Nantes, l’usine à logiciels de Voyages-sncf.com monte en puissance

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le centre de développement de Voyages-sncf.com s'étoffe, en rapatriant notamment l’activité offshore d’Euronet. Il se structure en usine à logiciels pour aborder le marché mouvant de la distribution de voyages, de l’offre touristique et l’enjeu des big data.

A Nantes, l’usine à logiciels de Voyages-sncf.com monte en puissance
A Nantes, l’usine à logiciels de Voyages-sncf.com monte en puissance © Voyages-sncf.com

"Notre vrai concurrent, c’est Google", répète à l’envi Guillaume Pepy, président de la SNCF. C’est à Nantes (Loire-Atlantique), au sein du pôle VSC Technologies, que le groupe de transport fourbit ses armes pour rester dans la course digitale. C’est là que s’élaborent Voyages-sncf.com, et les applications comme instants V. ou SNCF direct. "Pour nous la distribution n’est plus un monopole, les enjeux de "time to market" sont les mêmes que pour n’importe quel site de e-commerce", explique Gilles de Richemond, patron de VSC Technologies.

Récemment installé sur un plateau de 2 600 mètres carrés à Euronantes, le nouveau quartier d’affaires de la métropole, VSC Technologies est dotée d’un budget annuel de 75 millions d’euros. Ses équipes nantaises sont passées de 90 à 140 personnes au cours des douze derniers mois. La moitié d’entre elles sont issues de société de services informatiques sous-traitantes. "Les recrutements se poursuivent", assure Gilles de Richemond, sans toutefois préciser l’ampleur de cette montée en puissance.

Toute la galaxie web de la SNCF

Le pôle nantais s’est récemment renforcé en intégrant Euronet, l’activité logicielle de distribution internationale, jusqu'à présent développée aux Etats-Unis et en Inde, ce qui représentera 20 postes supplémentaires à Nantes. "Nous l’avons rapatriée pour des questions de réactivité et d’agilité par rapport au marché", précise Gilles de Richemond.

Le pôle nantais a fait naître 70 applications et assure leur incessante évolution. En plus de Voyages-sncf.com, il se voit aussi confier le développement de la galaxie web de la SNCF dont Sncf.com, les services grand voyageur, de fidélisation, d’émission de billets électroniques…

45% de l'audience via les mobiles

Pour l’équipe nantaise les défis sont multiples. Le premier est la réactivité, le raccourcissement du "time to market". A cette fin, une usine à logiciels se met en place à Nantes, reposant sur un cloud privé. VSC Technologies veut tendre vers "une industrialisation, un continuum homogène où le développement est bien en ligne avec la production", détaille Gilles de Richemond. L’idée est d’associer des équipes autonomes sur des projets métiers, pour la cohérence, et des experts techniques garants de l’intégrité des briques utilisées. D’où l’importance pour VSC Technologies de garder en interne ses capacités de développement. "C’est garantir l’avenir, quand un développeur fait une erreur, il la corrige lui-même", poursuit le dirigeant.

Naturellement, le mot d’ordre est "mobile first" : les consultations mobiles représentant déjà 45 % de l’audience de Voyages-sncf.com, aux dépens du web, contre 5 % il y a seulement trois ans. Ce développement mobile vise désormais le "porte à porte", et non plus le "gare à gare", dit-on chez VSC Technologies. Il faut donc intégrer la dimension multimodale, le contexte local géolocalisé, qui plus-est au plan international. Au-delà, c’est l’offre touristique ou la météo qu’il faut aussi prendre en compte.

Big data

Dès 2015, Voyages-sncf.com promet des applications mobiles poussant plus loin la personnalisation. L’enjeu connexe est la maîtrise des "big data", le recueil et l’exploitation des méga données. VSC Technologies dispose depuis trois ans d'une infrastructure ad hoc, le nombre de serveurs étant passé de 80 à 1 500 en six ans, à Lille (Nord) et Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Si les possibilités d’un tel gisement, qui s’étoffe au rythme d’un téraoctet par jour, restent à explorer, VSC Technologies exploite déjà la possibilité de tracer un évènement, au travers des couches logicielles, pour en faciliter l’éventuel débogage.

A terme, elle entrevoit maintes possibilités dans les big datas, comme, par exemple, la définition de suggestion de voyage, "l’inspirationnel", ou "quelle destination avec 60 euros"…

Emmanuel Guimard
 

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale