A Nantes, les diodes lumineuses de Cinética matérialisent la mobilité humaine

Une étonnante installation numérique occupe le religieux Passage Sainte-Croix au cœur de la vieille ville pour la Nantes Digital Week : Cinética ou comment matérialiser la mobilité humaine.

Partager
A Nantes, les diodes lumineuses de Cinética matérialisent la mobilité humaine

Un mur divisé en 72 bulles représentant l’espace urbain. Et des barres de leds qui tournent frénétiquement, sans tracé régulier ou logique. Dès le premier abord, l’installation numérique interpelle. Et c’est bien l’objectif de Cinética, qui matérialise la mobilité humaine dans le centre ville de Nantes. Ces barres de couleur, constamment en mouvement, illustrent l’activité urbaine et humaine : flux et directions, géolocalisation, états de mobilité. Elles ne s’arrêtent jamais.

LES DONNÉES D’ORANGE FLUX VISION

Cinética est née de la collaboration entre l’artiste-codeur Martial Geoffre-Rouland, une équipe parisienne d’Orange Labs et le laboratoire Art et technologies de Stereolux, espace nantais dédié aux musiques actuelles et aux arts numériques. Installée dans le cadre de Scopitone, l’un des évènements de la Nantes Digital Week, cette œuvre tangible s’inscrit au carrefour du design, de l’art et de la technologie. Son but ? "Confronter les utilisateurs aux données de mobilité qu’ils génèrent au quotidien dans les déplacements", résume Martin Lambert, en charge pour Stereolux de la coordination administrative du projet.

Cinética se base sur les flux de données de densité mobile et de déplacement générés par les smartphones Orange. "Les données ne représentent pas l’utilisation que font les clients de leurs mobiles, mais comment et où ils se déplacent en fonction de l’activité que captent les antennes-relais", détaille Martial Geoffre-Rouland. Mais chacun peut aussi faire évoluer l’œuvre : via une application mobile dédiée prenant en compte les déplacements, chaque utilisateur peut interagir en direct avec l’installation.


Collaboration régionale

Au delà de sa vocation évènementielle, Steréolux a pour mission d’être l’interface entre des artistes et le monde de la recherche à travers son laboratoire Art et technologies. "L’équipe parisienne d’Orange, constituée de designers, sociologues et ingénieurs, s’intéresse depuis longtemps à la représentation des données. Elle avait envie de travailler avec un territoire en province", indique Martin Lambert. Ce projet a démarré à l’été 2015 pour entrer en phase opérationnelle en février 2016. Le Fabmake, le laboratoire de fabrication numérique de l’IRT Jules Verne, a accompagné l’équipe projet sur la conception mécanique de l’œuvre. La structure a été réalisée par découpe laser et impression 3D. Coté électronique, c'est Martial Geoffre-Rouland qui a procédé au montage des 72 cartes Arduino et des moteurs qui pilotent les leds de l'installation.

Un reportage sur l'installation Cinetica réalisé par Presse Océan :

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS