Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

"A qui profite le système Airbnb ?", s'interroge Le Monde

Vu ailleurs En dépouillant un tiers des annonces parues sur le site français d'Airbnb, les journalistes du Monde ont pu mesurer dans quelle mesure le site met toujours en relation des particuliers entre eux.  Le quotidien a estimé le business de ceux qu'il appelle les multipropriétaires, qui offrent plusieurs logements à la location toute l'année. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

A qui profite le système Airbnb ?, s'interroge Le Monde
Au siège parisien d'Airbnb © Airbnb - Donal Murphy

Au début était l'économie collaborative, un truc sympa où les particuliers échangeaient entre eux des biens ou des services. Envie de partir en vacances à Bruxelles, Lisbonne ou Venise ? Pas de problème, un particulier forcément sympa avait justement une chambre disponible pour vous recevoir moyennant le paiement d'un dédomagemment. Et grâce au numérique et à ses plates-formes mettant offre et demande en relation, rien n'était désormais plus simple. D'autant que les uns et les autres pouvaient se noter, faisant mentir le proverbe selon lequel "la mauvaise monnaie chasse la bonne". Là, la vertu était encouragée : plus vous êtiez professionnel, serviable, aimable, meilleure était votre note et donc plus grandes vos chances de trouver de nouveaux clients.

 

Un modèle critiqué dans certaines villes

C'est sur ce modèle que s'est développée la plate-forme Airbnb pour des locations saisonnières. Non sans poser des problèmes à certaines villes très touristiques, où les petites surfaces ont été plus ou moins sorties du marché, les propriétaires trouvant plus rentables de louer à des touristes à la semaine qu'à des particuliers voulant y résider à l'année. A Barcelone ou à Lisbonne, certains habitants s'inquiètent de cette hyper gentrification des centre-villes, d'où seraient chassés locaux et monde populaire.

 

Nos confrères des Décodeurs du journal Le Monde, en association avec trois quotidiens européens, se sont penchés sur un autre aspect du phènomène Airbnb. Ils ont épluché, annoncent-ils, un tiers des annonces françaises (soit près de 145 000) publiées sur le site. Le périmètre de l'enquête concerne 20 villes.

 

Un métier qui rapporte

"Loin des 175 euros mensuels reçus par l’hébergeur moyen en France, ceux qui louent à l’année tirent un revenu mensuel supérieur au revenu médian des salariés français", indique Le Monde dans son enquête. Le salaire médian français est de 1750 euros. Pour y réussir, l'enquête révèle que plus de 80 % des multipropriétaires possèdent entre 2 et 5 appartements qu'ils louent à l'année.

 

Le Monde indique aussi que l'on trouve des hôtels qui commercialisent leurs chambres sur Airbnb, soit en tentant de se faire passer pour des particuliers, soit en assumant leur qualité d'hôteliers. On est loin du modèle initial, ce qui n'empêche pas le directeur général d'Airbnb pour la France de considérer que la professionnalisation des loueurs est un fantasme.  

 

Pour lire l'article du Monde c'est ICI

Et la réponse du directeur France d'Airbnb "halte au fantasme de la professionnalisation", c'est là.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale