A son tour, l’UFC-Que Choisir va lancer une application nutrition… sans Open Food Facts

Accessible avant la fin de l’année, l’application UFC-Que Choisir vient compléter le paysage très dense des applications d'information nutritionnelle. Contrairement à ses concurrents, l’association a fait le choix de s’appuyer sur la solution d’un spécialise de la data produit, la start-up française Alkemics. Les précisions d’Olivier Andrault, chargé de mission alimentation à l'UFC-Que Choisir.

Partager
A son tour, l’UFC-Que Choisir va lancer une application nutrition… sans Open Food Facts

Face à la montée des exigences des consommateurs en termes de transparence alimentaire et à la façon dont la technologie peut améliorer la transmission et l’exactitude des informations, l’UFC-Que Choisir annonce ce lundi 3 juin 2019 plancher à son tour sur une application destinée aux consommateurs. "Les mentions réglementaires européennes ne permettent pas d’assurer cette transparence : la liste d’ingrédients est complexe, notamment les additifs, et encore plus sous la forme codée qu’on leur connaît. Et au niveau de la qualité nutritionnelle, force est de constater que le tableau de chiffres requis par la réglementation européenne n’est pas compris par le consommateur européen", regrette Olivier Andrault, chargé de mission alimentation à l'UFC-Que Choisir. D’où l’idée de proposer une interface permettant d'offrir aux consommateurs les informations de façon claire... mais qui doit être également rigoureuse.

Une donnée renseignée par les industriels

L’application arrive sur un marché déjà bien dense, où sont présents Yuka, qui revendique 9 millions d'utilisateurs mais aussi Scan Eat ou Scan Up, auxquelles viennent s’ajouter les applications distributeurs, comme Casino Max ou Y a Quoi Dedans (Système U). Mais à la différence de celles-ci, l’UFC-Que Choisir a fait le choix de se passer de la base de données Open Food Facts et de contributeurs extérieurs. Pour la partie data, l’organisme a fait appel à la start-up Alkemics, qui a mis au point une plateforme de collaboration et de partage des données produits entre les marques et distributeurs. "L’UFC-Que Choisir souhaitait s’appuyer sur une solution spécialiste de la collecte et du partage d’informations produits pour nourrir sa future application avec deux principales motivations : recueillir des données ultra fiabilisées et au plus vite", précise Olivier Andrault.

Pourquoi ce choix ? "Au vu de l’analyse des applications existantes sur le marché se posent plusieurs problèmes, explique Olivier Andrault. S’agissant tout d’abord de l’exhaustivité des données : comment être fiable si la quantité des infos produits est non représentative ? Ensuite, pour ce qui est de la fiabilité de ces données : les applications disponibles aujourd’hui sont basées pour la plupart sur des données renseignées par les consommateurs eux-mêmes et modifiées ensuite par les développeurs des applications, ce qui ne garantit pas une information fiable. En outre, beaucoup d’entre elles sont issues de données en open source potentiellement modifiables par n’importe qui".

Le Nutri-score retenu

L’organisme a donc opté pour une base de données directement renseignées par les industriels, "sans modification et de façon sécurisée", précise-t-il. Alkemics met donc à la disposition des fabricants alimentaires sa plateforme de collaboration et de partage des données sécurisée entre marques et distributeurs pour intégrer leurs données produits à la prochaine application pour smartphones destinée au grand public développée par le Fonds de dotation de l’UFC-Que Choisir. La plateforme est par ailleurs dotée d'un système de détections automatiques d'erreur et des suggestions de corrections grâce au machine learning.

L’application devrait être fonctionnelle avant la fin de l’année. L’UFC-Que Choisir précise que les informations seront basées sur le Nutri-score, "l’étiquetage synthétique le mieux compris par les consommateurs, validé par les instances scientifiques, choisi officiellement par la France et plus récemment par la Belgique et l’Espagne", selon l'UFC Que Choisir, et qui lui aussi a fait débat lors de son adoption.

On ne connaît pas pour le moment les fonctionnalités qui seront proposées : l'application permettra-t-elle de scanner les produits en magasin ou de proposer des recommandations ? Intégrera-t-elle d'autres données, comme les avis consommateurs ? Se fera-t-elle une place dans les smartphones des particuliers ? Rappelons qu'en mars 2018, l'organisme avait déjà lancé l'appli QuelCosmetic, qui recense la toxicité potentielle des ingrédients contenus dans les produits cosmétiques, cette fois avec le concours du grand public.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS