Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

A Sydney, Ikea dévoile son plus petit magasin au monde, digitalisé et sans caisse

Vu ailleurs A trois jours de l’inauguration du magasin de Paris Madeleine, Ikea a ouvert ce vendredi 3 mai 2019 à Sydney, en Australie, son plus petit magasin au monde. Le concept, bien plus digitalisé qu’un magasin classique du géant suédois, est en réalité un showroom : il a été conçu comme un espace d’exposition et de conception avec différents outils numériques qui permettent de présenter les références exposées de manière virtuelle.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

A Sydney, Ikea dévoile son plus petit magasin au monde, digitalisé et sans caisse
A Sydney, Ikea dévoile son plus petit magasin au monde, digitalisé et sans caisse © Ikea

Après Londres et New York, Ikea a choisi Sydney pour inaugurer son nouveau magasin compact. Situé à Warringah Mall, un centre commercial du nord-est de la ville, ce petit format, dont le lancement est rapporté ce vendredi 3 mai 2019 par différents médias australiens - nombreux à relever l’absence des boulettes de viande et des sacs bleus emblématiques du Suédois - fait la part belle au digital. Le géant suédois a en effet imaginé une batterie de services dans cet espace d’une centaine de mètres carrés, dans lequel le client ne repart pas avec ses produits, puisqu’il s’agit d’un espace d’exposition et de conception au travers la mise à disposition de différents outils numériques.

 

 

Une offre courte et entièrement numérique

L’offre est limitée à la cuisine et à la chambre. Les clients imaginent avec les designers l’aménagement souhaité (placards notamment) et commandent les produits sur un écran, pour une livraison directement à leur domicile. Baptisé Ikea Home Planning Studio, cet outil, déjà développé dans d’autres magasins Ikea dans le monde, "réinvente l’expérience Ikea traditionnelle pour viser un public différent, avec des besoins différents, plaçant le numérique au cœur du parcours du client, selon Jan Gardberg, CEO Ikea Australie. Les souhaits et les besoins des clients en matière de solutions de rangement pour la cuisine ou la chambre à coucher sont le point de départ, et l'expérience est ensuite personnalisée", ajoute-t-il. 

 

 

L’utilisateur est invité à réserver sa séance en ligne à l’avance. Celle-ci est payante (compter 99 dollars australiens, soit une soixantaine d’euros, pour une séance de planification de cuisine de deux heures), mais remboursée en cas d’achat.

 

Un mur virtuel reproduit les produits disponibles en libre-service, qui peuvent être ajoutés dans un panier (virtuel lui aussi), qui se valide via un mobile et un QR Code. C’est une autre spécificité du concept : pas de caisses traditionnelles, mais une validation des achats et un paiement via smartphone. Le personnel est également équipé de tablettes afin de proposer des solutions d’aménagement personnalisées.  

 

Ce nouveau concept a vocation à être déployé puisque 12 points de vente seront ouvert sur le territoire australien d’ici la fin de l’année, avec comme objectif une vingtaine d'unités. D’autres ouvertures sont prévues pour des magasins-entrepôts d’environ 5 000 m² dans les banlieues des villes australiennes. Un format encore bien en-dessous d’un magasin Ikea traditionnel, de 20 000 m² en moyenne, mais qui permet au retailer de s’implanter dans des zones plus urbanisées.

 

Reste à savoir si ce modèle compact fera des petits. Pas en France, en tout cas pour le moment. Le prochain point de vente du géant du meuble en kit, qui ouvrira ce lundi 6 mai à Paris place de la Madeleine, sera doté d’une surface de vente de 5 000 m². Côté services, on peut néanmoins supposer qu'il devrait lui aussi proposer un certain nombre d'innovations digitales. En avril 2018, Walter Kadnar, Président-Directeur Général de Ikea France, précisait au sujet de ce magasin : "c’est une opportunité extraordinaire pour nous de travailler sur ce nouveau format et d’accélérer notre approche multicanale". 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media