Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Abelio lève 500 000 euros pour accompagner le développement d'un drone solaire de surveillance des cultures

Levée de fonds La start-up Abelio, tout récemment installée au Village by CA Toulouse, lance une campagne de financement participatif. L'ambition est de lever 500 000 euros pour finaliser le développement d'une solution globale de surveillance des cultures agricoles.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Abelio lève 500 000 euros pour accompagner le développement d'un drone solaire de surveillance des cultures
Abelio lève 500 000 euros pour accompagner le développement d'un drone solaire de surveillance des cultures © Abelio

Proposer une solution globale de surveillance des cultures agricoles. Créée en 2018 par Grégoire Dupré et Philippe Caumes, Abelio a l'ambition de développer en interne toutes les briques nécessaires, du drone solaire équipé à la fois d'une caméra standard RGB et d'un capteur infrarouge de très grande précision (définition de l'ordre millimétrique) à l'ensemble du traitement et de l'analyse de données.

"Les images captées par le drone sont croisées avec d'autres bases de données, dont des données météo et autres données satellitaires et leur analyse mobilise des algorithmes d'IA (intelligence artificielle)", précise Grégoire Dupré.

Installée depuis peu à l'incubateur du Village by CA Toulouse, la société a déjà mis au point son propre drone solaire. Trois premiers prototypes et 10 autres unités sont d'ores et déjà opérationnels et permettent depuis peu d'engager les premières campagnes de tests auprès d'adhérents de la CAPA (Coopérative Agricole de la Plaine de l'Ariège). Déjà accompagnée par Airbus Développement, Bpifrance et la Région Occitanie, la start-up cherche maintenant à lever 500 000 euros pour accélérer le développement de sa solution globale.

Finaliser une solution commerciale pour fin 2020
"Cette somme servira à finaliser le développement de l’intelligence artificielle et à recruter de nouveaux ingénieurs et commerciaux, afin de lancer la commercialisation de notre solution d’ici la fin de l’année", explique Grégoire Dupré. Pour lever ces fonds, la société a fait le choix d'ouvrir une campagne de financement sur la plateforme de financement participatif parisienne Sowefund.

L'effectif, actuellement de 8 salariés (7 à Toulouse et 1 à Aix-en-Provence), devrait être renforcé de 4 ingénieurs et commerciaux supplémentaires dès l'automne prochain. "Nous recherchons notamment des profils de spécialistes en IA", insiste Grégoire Dupré.

Une aide à la décision pour les agriculteurs
L'objectif est de proposer aux agriculteurs, via des réseaux de prestataires de services spécialisés dans le pilotage de drones, une solution d'aide à la décision. Le système développé par Abelia permet d’accéder aux données récupérées sous quelques minutes et hors connexion, pour agir rapidement et le plus efficacement possible en cas de détection de problèmes (maladies, ravageurs, carences en engrais, stress hydrique...). A la clef : une amélioration des rendements et un meilleur dosage des intrants.

Une ambition internationale
Dans un premier temps, la société cible l'ensemble du marché du marché et certains pays de proximité, dont l'Espagne. Dès 2021, la start-up souhaite élargir son rayon d'action à l'ensemble de l'Europe (avec en ligne de mire spécifique la Roumanie, la Pologne et l'Ukraine), puis au grand export, notamment Amérique du Nord et Amérique du Sud. "Une seconde levée de fonds de l'ordre de 1 à 1,5 million d'euros est déjà prévue pour le second semestre 2021 pour engager cette internationalisation et poursuivre nos projets de R&D", confie le chef d'entreprise. Abelio souhaite apporter régulièrement de nouvelles fonctionnalités à sa solution pour répondre au plus près aux différentes problématiques de chaque typologie de culture.

Pour 2021, Abelio table sur un chiffre d'affaires de 1 million d'euros, avec un effectif de 20 salariés et une centaine de drones déployés. D'ici 5 ans, la société espère passer le cap des 10 millions d'euros de chiffre d'affaires, avec la création d'une cinquantaine d’emplois.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media