Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Accélérer la croissance numérique par l’expérience, le parti pris de McKinsey

Le cabinet de conseil international McKinsey nous a ouvert les portes de l'Experience Studio, un lieu dédié à l’expérimentation des technologies par les clients. Loin d’être un espace de démonstration, encore moins un lieu de vente des innovations, ce lieu inédit et plutôt confidentiel rend la technologie discrète pour mieux la valoriser. Visite guidée avec Matteo Pacca, Senior Partner  chez McKinsey, quelques mois après l'ouverture de la version parisienne.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Accélérer la croissance numérique par l’expérience, le parti pris de McKinsey
Accélérer la croissance numérique par l’expérience, le parti pris de McKinsey © Mckinsey

Au 90 avenue des Champs-Elysées, McKinsey a consacré 500 m2 à son tout dernier Experience Studio. Ce 6e du genre, avec New York, Toronto, Mexico, Sao Paolo, Sidney et Berlin, a été ouvert officiellement en juin 2019. Le réseau mondial, né en 1926 et qui compte désormais plus d’une centaine de bureaux dans le monde, a imaginé en quatre mois un espace dédié à l’expérimentation de l’innovation technologique par ses clients. "Nous nous sommes inspirés de ce qu’ont fait les autres bureaux du cabinet, tout en privilégiant davantage les notions d’expérience et d’immersion, explique Matteo Pacca, Senior Partner. Contrairement au nôtre, le studio de New York par exemple est situé dans un bâtiment séparé". Objectif de ce lieu : accélérer la croissance numérique des entreprises en partageant les capacités et les expériences menées avec les clients.

 

Pas de solutions "prêtes à l’emploi"

Ecran LED 98 pouces, ordinateurs "superpuissants", mur interactif mais également un théâtre et des casques de réalité virtuelle pour favoriser les expériences immersives… La  technologie est bien présente mais discrète à à la disposition des usages : "Il n’y a pas de solutions prêtes à l’emploi, ni d’usages prédéfinis, mais un éventail très large de technologies disponibles", ajoute cet expert du logiciel, chez McKinsey depuis 15 ans.

 

Concrètement l’espace est dédié à la tenue d’événements, comme des ateliers sur la donnée, destinés au secteur bancaire. Une équipe permanente de 3 à 5 consultants est dédiée au contenu. "C’est un espace ouvert à tous lorsqu’il n’y a pas d’ateliers de cocréation avec nos clients, poursuit-on chez McKinsey. Nous y organisons par exemple des entretiens de recrutement". Salle plénière, espaces modulaires, cabine dédiée aux échanges confidentiels, salles de réunion… Loin d’être un espace de démonstration, le lieu rend l’innovation discrète pour mieux la valoriser.

 

 

Cet espace ouvert a aussi vocation à incarner la transformation numérique des entreprises, que McKinsey accompagne après s’être lui-même transformé. Aujourd’hui, plus de 5 000 personnes sont mobilisées sur le digital et entre 15 à 20% des effectifs sont des experts technos. "On ne peut plus parler de transformation sans digital, sans technologie", poursuit Matteo Pacca. Avantage de ce changement de paradigme, "une réappropriation des technologies", selon l’expert, qui précise que "plus de 50%" de l’activité du cabinet porte sur ce domaine. Un savoir-faire que McKinsey a intégré ces dernières années au travers de rachats : QuantumBlack et Lunar en 2015, Veryday en 2016. Plus récemment, le cabinet a aussi pris une participation dans Element AI.

 

Résoudre une problématique donnée

Trois grands domaines ont été identifiés comme axe de réflexion : d’abord, la transformation technologique des modes de travail. "Nous mettons en place des méthodes de travail agiles, en cycle court, avec les architectures technologiques nécessaires. Sans base solide, difficile de se transformer". Des architectes logiciels viennent compléter les équipes pour élargir le champ de compétences des consultants. Le deuxième volet concerne le design et la construction de nouveaux modèles. "Notre rôle est de déterminer la façon dont on conçoit des produits et des services qui correspondent le plus aux besoins", résume Matteo Pacca. Dans les produits conçus, des sites e-commerce et des portails de services de mobilité en passant par des architectures techniques.

 

Enfin, la donnée et l’analytics, avec des technologies propriétaires conçues par les équipes de QuantumBlack. Gestion et visualisation des données, et surtout, exemples concrets. "Par exemple, nous avons conçu au bureau français une solution très pointue qui analyse les facteurs influençant les prix immobiliers en fonction d’une période donnée, poursuit Matteo Pacca. Il y a des facteurs évidents, mais d’autres que seule la donnée permet de mettre en lumière". Avec à la clé des données prédictives. "Notre but n’est pas d’intégrer cet outil à notre offre. Nous montrons par ce biais à nos clients les potentiels économiques latents que nous sommes capables d’identifier grâce à l’exploitation de vastes gisements de données. Il faut toutefois garder à l’esprit que nos clients se développent et avancent à grands pas sur le digital en parallèle". Le studio reste donc concentré sur sa priorité : comment résoudre un problème donné dans un temps court ?

 

Un modèle duplicable sur tous les continents

Pour le moment, les équipes françaises de McKinsey montrent leur satisfaction. "Le résultat va au-delà de nos attentes, avec 80% de taux d’occupation dès les trois premiers mois et 2 400 personnes réunies", indique le cabinet de conseil. Avec des tendances bien identifiées du côté des clients : la multiplication des briques technologiques, qui complexifient le rôle des intégrateurs ; la montée en puissance de la data, et l’extraction de valeur qui en découle avec la nécessité de mettre en oeuvre des analyses en temps réel ; et enfin le design, "qui ne doit pas être restreint à une activité à part, mais qui doit participer à une transformation de l’existant", recommande l’expert.

 

"Notre expérience et notre envergure nous permettent d’anticiper certains sujets", explique encore Matteo Pacca. La dimension internationale de la société lui permet également de porter un regard global sur l’innovation en entreprises. "Il y a une agilité, une mise à l’échelle plus rapide aux Etats-Unis. Il y a aussi moins de peur vis-à-vis de l’échec". Le studio parisien permettra-t-il de diffuser cette culture aux organisations qui s’y rendent ?

 

Le lieu n’est dans tous les cas pas figé. Il pourrait évoluer en fonction du succès rencontré et pourquoi pas, servir de modèles à des sites futures, implantés sur d’autres continents, comme l’Afrique. "Rien n’est exclu". En Asie, plus précisément à Tokyo et Taipei, des ateliers consacrés aux objets connectés permettent de tester des technologies de manière interactive. A Venise, Lyon et Londres, des usines modèles servent de lieux d’expérimentation. Le cabinet réfléchit par ailleurs à structurer ses relations avec les start-up. Enfin, aux Etats-Unis, le centre commercial Mall Of America de Minneapolis accueille depuis septembre un magasin-test en marque blanche afin de tester in situ des technologies, et baptisé Modern Retail Collective.

 

 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media