Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Accord de Paris sur le climat : la blockchain pour transformer l'essai

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Portée par l'institut Louis Bachelier, l'initiative The Climat Chain vise à utiliser les technologies de la blockchain pour transformer l'accord de Paris en réalité. Un consortium international sera lancé le 12 décembre 2017 en marge du Sommet Climat. Il aura pour mission d'élaborer une blockchain responsable et durable.

Accord de Paris sur le climat : la blockchain pour transformer l'essai
La blockchain pourrait bien faciliter la mise en œuvre des ambitions de l'accord de Paris conclu lors de la COP21... © DR

Et si les technologies de la blockchain facilitaient la mise en œuvre des ambitions de l'accord de Paris conclu lors de la COP21 ? C'est le pari de la nouvelle initiative The Climate Chain, portée par l'institut Louis Bachelier et présentée, vendredi 8 décembre 2017, à l'occasion de la conférence Fin&Tech Community organisée par le pôle de compétitivité Finance Innovation.

 

Standard, Consensus et reporting

"L'accord de Paris deviendra effectif en 2020, nous nous situons donc dans une fenêtre d'opportunités pour rechercher des solutions qui permettront de créer une infrastructure digitale afin de porter ses ambitions. La blockchain nous est apparue comme la solution la plus pertinente pour créer des consensus et des standards, apporter de la transparence et créer un cadre de reporting", expose Stéphane Voisin, coordinateur de projet au sein de l'Institut Louis Bachelier. Car l'accord de Paris s'inscrit bien dans une logique de reporting. Tous les cinq ans, les pays qui ont ratifié l'accord seront tenus d'indiquer à l'ONU une réévaluation de leurs engagements. La question des standards autour des données environnementales est aussi déterminante.

 

L'Institut Louis Bachelier et le bitcoin

L'institut Louis Bachelier est un hub de recherche sur la finance dont la naissance présente des similitudes avec celle du bitcoin. "L'institut a été créé en 2008, au lendemain de la crise financière, sur les mêmes bases que celles du bitcoin qui se présentait comme une monnaie antisystème. La mission de l'institut est de financer une recherche qui permettra d'éviter une prochaine crise", explique Stéphane Voisin, coordinateur de projet au sein de l'institut.

 

Pour valider la pertinence de la technologie, l'institut Louis Bachelier a mis en place un POC autour du registre national français des quotas d'émissions de gaz à effets de serre, détenu par la Caisse des Dépôts dans le cadre du marché du carbone européen. Environ un millier d'usines en France et 11 000 en Europe sont enregistrées et doivent rapporter leurs émissions annuelles de CO2. "Nous avons répliqué les fonctionnalités de ce registre sur la blockchain", résume Stéphane Voisin.

 

Un premier POC

L'idée n'est pas de supprimer le rôle de la Caisse des dépôts mais de mettre au point un outil qui pourrait être utilisé par les pays qui ne disposent pas de système MRV (Measurement, reporting and verification). "La blockchain peut être une solution technologique assez low cost et facile d'accès avec une mise en œuvre rapide", estime Stéphane Voisin.

 

Pour ce démonstrateur, le hub de recherche a créé une blockchain privée sur Ethereum, mais à l'avenir son ambition est d'être agnostique d'un point de vue technologique. Le 12 décembre prochain, en parallèle du Sommet Climat, la constitution d'un consortium international auquel participera The Climate Chain sera officialisée. L'initiative visera à déterminer les dix principes nécessaires à l'élaboration d'une blockchain responsable et écologiquement durable. "Sans faire de mauvais jeux de mots, l'idée est de déminer tous les sujets de controverse liés à la blockchain par rapport à la mise en œuvre de solutions pour le climat", explique Stéphane Voisin. Les membres se pencheront donc, entre autres, sur les questions de la consommation énergétique des protocoles de blockchain liée aux opérations de minage.

 

Un puzzle de blockchain

A terme, l'objectif est de mettre sur pied un système interopérable. "Les initiatives blockchain au niveau des Etats et sur le terrain se démultiplient. L'idée est de créer une interconnexion entre ces initiatives pour créer un sorte de puzzle de blockchain qui permettrait de couvrir une part de l'économie suffisamment importante pour avoir un impact", conclut Stéphane Voisin.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale