Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Acer entre ultrabooks et Chine profonde

Le nouveau patron du groupe taiwanais place ses espoirs dans les portables ultra-léger ou les tablettes et veut chercher la croissance dans les villes moyennes chinoises.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Acer entre ultrabooks et Chine profonde
Acer entre ultrabooks et Chine profonde © D.R.

Après une période difficile, Acer prévoit de redresser la tête l'an prochain malgré la mauvaise conjoncture économique en Europe et aux Etats-Unis, deux zones qui comptent pour plus de 60% de ses ventes. C'est ce qu'a indiqué Jim Wong, président du groupe informatique taiwanais lors d'une conférence de presse mercredi au siège du groupe, une tour de verre entre des collines verdoyantes en périphérie de Taipei. Selon lui, les comptes du quatrième trimestre 2011 devraient être à nouveau positif.

Acer qui en 2010 avait réalisé 21,5 milliards de dollars de chiffre d'affaires et un profit net de 518 millions de dollars, a perdu respectivement 234 et 36 millions de dollars au deuxième et troisième trimestre de cette année. Les comptes ont viré au rouge, du fait notamment d'une politique de stock à contre cycle. Cette situation a couté son poste à l'italien Gianfranco Lanci, l'ex-DG qui a été remercié en mars. Ancien numéro 2 mondial des ordinateurs, Acer a chuté à la quatrième place derrière HP, Lenovo et Dell "mais entend bien redevenir numéro 2", selon son nouveau patron.

Le groupe prévoit une légère croissance de ses ventes en Europe et aux Etats Unis l'an prochain mais surtout une forte hausse de 20 à 25% de son activité en Chine, devenu cet été le premier marché du monde pour les ordinateurs.Sur le segment des portables et des PC, Acer est numéro 2 derrière le chinois Lenovo. La Chine représente désormais 14% de l'activité du groupe, deux fois plus que l'an dernier. Dans ce pays, Acer a noué récemment une alliance avec le fabricant d'ordinateurs Founder Technology, une société d'état, émanation de l'université de Pékin.

"En Chine, nous entendons surtout faire porter nos efforts commerciaux et gagner des parts de marché dans les villes moyennes et à l'intérieur du pays", explique Jim Wong. Selon lui, les grandes centres urbains comme Beijing ou Shanghai commencent à être saturé.

Pour restaurer sa rentabilité, Acer entend aussi améliorer ses performances en terme de manufacturing, même si comme son compatriote et concurrent Asus, le groupe, depuis le début des années 2000, ne fabrique plus lui même aucun produit. Il s'appuie en effet sur quelques assembleurs dont son ex-filiale Wistron, tous originaires de Taiwan et installés en Chine.

Des inondations en Thaïlande sans conséquence

"Acer suit très étroitement les process et la performance industrielle de ses fabricants, ceux ci peuvent encore gagner en performance par l'automatisation", expose Jim Wong qui poursuit "une part croissante des usines d'assemblage s'installent aussi dans le centre et l'ouest de la Chine du fait de la hausse des coûts notamment les salaires, dans les régions côtières comme Shanghai ou Guangzhou". La ville-province de Chongqing en plein centre de la Chine est devenue notamment un centre très important de production informatique. En 2008, aucun usine d'ordinateurs n'y était installé et aujourd'hui la capacité y atteint plus dizaines de millions d'unités par an.

En matière de produits, Acer n'entend pas renoncer au segment des netbooks (mini portables) en déclin relatif de part la monté en puissance des tablettes. Mais il mène une grosse offensive commerciale sur un nouveau segment, celui des ultrabooks (portables ultra légers), très prometteur selon lui. Son premier né sur ce segment l'Aspire S3 est sorti en octobre à un prix officiel d'environ 1000 dollars. Toshiba ou Asus viennent aussi de lancer des produits sur ce segment.

Au quatrième trimestre, Acer devrait en vendre entre 250 à 300 000. Le concept d'ultra-book a été créé par Intel, il correspond à des produits de moins de 18mm d'épaisseur, à démarrage rapide et de grande autonomie... Le prix de référence de ces produits, actuellement autour de 1000 dollars devrait baisser de 15% à 20% au milieu de 2012, assure Jim Wong pour passer ensuite sous les 500 dollars en 2013.

Le patron d'Acer a par ailleurs précisé que la disponibilité de ces ultra-books n'étaient pas affectés par les inondations en Thaïlande. Celles-ci ont entrainé sur certains composants informatiques notamment les disques durs une relative pénurie et une hausse des prix d'environ15%. Pour ses autres produits, selon lui la situation reste gérable avec des hausses de prix temporaires de 2 à 3% sur certains produits.

Enfin, si Acer réalise aujourd'hui 65% de son chiffre d'affaires dans les ordinateurs portables et 18% dans les PC de bureau, d'ici à 5 ans la proportion des PC devrait chuter à 5%, alors que les tablettes qui pèsent aujourd'hui 7% des ventes devraient atteindre 20%. "Ce marché des tablettes est en pleine croissance, nous y portons beaucoup d'attention", assure Jim Wong. Aujourd'hui à Taipei, son concurrent Asus l'a pris au mot puisque ce matin même il a officialisé le lancement de sa tablette hybride à clavier détachable, l'Eee Pad Transformer Prime, équipée d'un processeur 4 coeur nvidia.

Mais à Taiwan, ce n'est là rien que de très ordinaire car les entreprises de l'ile revendiquent la fabrication de plus de 90% des ordinateurs de la planète. Des ordinateurs et pas seulement... Jim Wong a estimé qu'il était "inévitable" qu'à l'avenir Acer se lance très sérieusement sur le marché des smartphones, encore marginal pour lui. Un pierre dans le jardin d'un autre taïwanais, HTC.

A Taipei (Chine), Pierre-Olivier Rouaud

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale