Adopter le cloud, et après ?

Passer au cloud est une bonne chose, mais encore faut-il bien s'y prendre. Mark Schwartz, Enterprise Strategist chez Amazon Web Services, revient dans cette tribune sur l'importance d'avoir une approche FinOps et d'alléger ses processus, au-delà de la migration technologique.

Partager
Adopter le cloud, et après ?

La migration vers le cloud est une étape importante dans la transformation des entreprises qui ne se limite pas à un nouveau mode de consommation des ressources informatiques. Plus souple et plus économique, le cloud constitue un socle pour accélérer la modernisation et l’innovation. Pourtant, un bon nombre d’entreprises n’exploitent pas pleinement l’étendue des services du cloud existant. Voici quelques suggestions pour capitaliser sur l’utilisation du cloud et ainsi innover et réagir plus rapidement aux aléas économiques et géopolitiques.

La migration vers le cloud comme début de la modernisation

Plus rien ne s’oppose à la migration dans le cloud, quelle que soit la taille d’une entreprise. Au cours des dernières années, elles ont dû faire face à de nombreuses problématiques inédites qui ont révélé la nécessité de mettre en place des solutions offrant plus de flexibilité et d’agilité. Le cloud fournit des modèles architecturaux et des outils permettant d'intégrer la résilience dans la gestion des données et des calculs. Il offre également la possibilité d’instaurer un mode de travail plus flexible, que ce soit à la maison où ailleurs, en fonction des problématiques rencontrées, que ce soit une pandémie mondiale ou le besoin pour les collaborateurs d’une entreprise d’être plus souvent à domicile.

Pour les entreprises qui sont arrivées à maturité dans leur utilisation du cloud, c’est une opportunité pour expérimenter et apprendre à faire face à différents scénarios. Elles peuvent ainsi vérifier à la fois leur résilience technique et la continuité de leurs opérations commerciales. Le cloud agit comme un catalyseur d'innovation et un levier de croissance. Grâce à des services disponibles dans le cloud tels que le machine learning ou l’edge computing, l’entreprise peut expérimenter de nouvelles technologies, de nouveaux produits et construire des produits de manière incrémentale en réduisant à la fois les délais, les coûts et les risques de sécurité.

Les applications conçues dès l’origine dans le cloud (cloud native) sont parfaitement adaptées à un mode de développement continu qui leur permet d’évoluer facilement et de rester en phase avec le marché et les attentes des utilisateurs. Les nouvelles applications peuvent s’enrichir de technologies prometteuses telles que l’intelligence artificielle (IA) ou l’internet des objets (IoT) à l’aide de services cloud qui en simplifient l’usage.

De nouveaux modèles pensés pour la rentabilité et la durabilité

Dans le cloud, la gestion financière est un processus continu devenu essentiel. L’approche FinOps fournit les pratiques dont les entreprises ont besoin pour devenir mature en la matière. Les solutions cloud génèrent des rapports et des mesures détaillés avec des informations sur les coûts et des recommandations pour une optimisation financière de l’entreprise.

Plus concrètement, les équipes de surveillance financière peuvent accéder plus facilement aux différentes informations et voient ainsi leurs missions se simplifier. Grâce aux stratégies de balisage des ressources cloud, il est désormais possible de mieux comprendre l'économie de l’entreprise et les interactions numériques avec les clients. Essentiellement, l’entreprise peut répartir et réduire ses coûts, et examiner comment les clients utilisent les fonctionnalités numériques proposées.

De la même façon, grâce au cloud, il est aujourd’hui possible de faire beaucoup pour gérer l’empreinte carbone de son entreprise et cela va souvent de pair avec l’optimisation de coûts et donc l’approche FinOps. Lorsque l’entreprise réduit ses coûts en rendant son informatique plus efficace, elle réduit généralement également ses émissions de carbone. Encore une fois, les décisions d'ingénierie et d'architecture prises par les équipes IT jouent un rôle dans la détermination de l’empreinte carbone.

Délai de mise sur le marché et rentabilité

Enfin, Le cloud est un outil puissant pour gagner en rapidité. La rapidité dont nous parlons ne consiste pas à demander aux équipes de travailler plus vite, mais à alléger les processus et éliminer la moindre perte de temps. Pour beaucoup, créer de nouveaux produits ou adapter son activité en fonction de l'évolution du marché nécessite souvent des délais importants. Pour réduire ces délais, la solution consiste la plupart du temps à utiliser le cloud pour lancer de nouveaux produits et de nouvelles fonctionnalités de manière incrémentale, comme mentionné plus haut.

Cela permet de réduire les risques tout en réduisant la charge de la gouvernance et de la surveillance. De plus, des services de haut niveau sont disponibles dans le cloud (apprentissage automatique, edge computing, etc.) pour assembler rapidement de nouveaux produits et les déployer. Actuellement, une grande partie de la latence de la mise sur le marché résulte de l’utilisation d’un processus de gouvernance dépassé, mis en place à une époque où les cycles de publication se faisaient de manière pluriannuelle et suivaient l’approche Big Bang (extrêmement rapide).

Avec les bases du cloud acquises et une certaine maturité dans les pratiques de l’entreprise, les avantages du cloud en matière d'agilité et de contrôle apparaissent rapidement comme une évidence. Dans un second temps, il sera possible d’exploiter le cloud pour optimiser les coûts grâce aux FinOps, simplifier la gestion de l'économie et des revenus numériques, aligner les processus de gouvernance sur la technologie afin de soutenir l’innovation et la mise sur le marché rapide, réduire les risques grâce à des mesures de résilience et améliorer la durabilité environnementale. Pour la plupart des entreprises, le potentiel est énorme.

Mark Schwartz, Enterprise Strategist chez Amazon Web Services


Les avis d'experts sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction.

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS