Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

AG2R La Mondiale se convertit au stockage de données à mémoires flash

Étude de cas Pour le renouvellement de l’un de ses trois datacenters, le groupe de protection sociale AG2R La Mondiale a opté pour un stockage de données sur mémoires flash plutôt que sur disques durs classiques. Un basculement qui devrait s’étendre à terme à ses deux autres centres de données.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

AG2R La Mondiale se convertit au stockage de données à mémoires flash
AG2R La Mondiale se convertit au stockage de données à mémoires flash © Xeni - Flickr - C.C.

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à troquer leurs équipements traditionnels de stockage magnétique de données sur disques durs avec des solutions de stockage électronique à mémoires flash. C’est le cas d’AG2R La Mondiale. Le stockage primaire dans l’un de ses trois datacenters s’appuie désormais exclusivement sur des puces électroniques flash. Une expérience considérée comme une étape avant la conversion de l’ensemble de son infrastructure de stockage primaire à cette technologie.

 

150 exigences fixées dans l'appel d'offre

Le groupe de protection sociale, qui compte 11 000 personnes en France, dispose de trois datacenters hérités du rapprochement des trois entités formant aujourd’hui l’entreprise : celui d’AG2R à Chartres, celui de La Mondiale à Mons-en-Barœul, près de Lille, et celui de Réunica à Esvres, près de Tours. C’est ce dernier qui s’est converti aux mémoires flash lors du renouvellement de l’infrastructure de stockage après un appel d’offres public mené par l’intégrateur Stordata.

 

"Nous n’avons fixé aucune technologie de stockage dans l’appel d’offre, note Pierre-Emmanuel Dangreau, architecte d’infrastructure informatique chez AG2R La Mondiale. Nous avons juste posé les exigences de performances, de disponibilité, de services et de prix – 150 critères au total – auxquelles la solution retenue devait répondre. Et c’est la solution à mémoires flash qui s’est révélée répondre le mieux à ces exigences."

 

Les disques durs maintenus pour la sauvegarde de secours

L’appel d’offres a été lancé en mars 2015. Le choix de Stordata s’est porté sur l’offre de Pure Storage, un fournisseur américain pure-player de baies de stockage à puces flash. Le déploiement s’est achevé en juin 2016. La capacité installée avoisine 1 pétaoctet, 10% la capacité totale de stockage du groupe. Auparavant, ce datacenter s’appuyait sur des équipements classiques de stockage à disques durs de NetApp pour les besoins courants. Seules des applications spécifiques comme le logiciel d’analytique de SAS tournaient sur de la mémoire flash d’une capacité de 50 téraoctets.

 

AG2R La Mondiale n’a pas pour autant complètement tourné le dos au stockage à disques durs. Pour des considérations de coût, cette technologie traditionnelle est maintenue pour le stockage en réseau avec une solution de 200 téraoctets de NetApp ainsi que pour la sauvegarde de secours avec une solution de 400 téraoctets de CommVault Systems.

 

Conversion des deux autres datacenters à l'horizon 2018-2019

Mais pour le stockage primaire, la technologie à mémoires flash a toutes les chances de s’étendre aux deux autres datacenters. "Nous travaillons à l’harmonisation des choix d’infrastructure informatique du groupe, confie Pierre-Emmanuel Dangreau. Les appels d’offres pour le renouvellement des équipements des deux autres datacenters devraient intervenir en 2018 ou 2019. Ce sera l’occasion d’unifier l’infrastructure en passant là aussi à la mémoire flash."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media