Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Aide à la conduite : Coyote tremble désormais face à Waze

Le patron de l'entreprise française Coyote se dit victime de "concurrence déloyale" de la part de Waze. Selon lui, la start-up rachetée par Google en juin 2013 livre l'emplacement exact des radars fixes, ce qui est interdit par la législation française. Mais avec son abonnement payant, Coyote aurait surtout de plus en plus de mal à s'imposer face à son concurrent gratuit et qui bénéficie de la force de frappe du géant américain.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Aide à la conduite : Coyote tremble désormais face à Waze
Aide à la conduite : Coyote tremble désormais face à Waze © L'Usine Nouvelle

Vers une nouvelle polémique sur les avertisseurs de radars ? Avec l'interdiction en 2012 de ces appareils sur le territoire français, les fabricants avaient été contraints de les transformer en avertisseurs de "zones dangereuses". Mais, près de deux ans après l'entrée en application de cette loi, tout le monde ne respecterait pas les règles du jeu...

"Concurrence déloyale"

L'application pour smartphones Waze, rachetée à prix d'or par Google en juin dernier, "indique la localisation exacte des radars et les contrôles d'alcoolémie, ce qui est contraire à la réglementation française", accuse Didier Quillot, patron du français Coyote, dans un article publié par Les Echos ce lundi 16 décembre. Se disant "victime de concurrence déloyale", le dirigeant explique qu'il réclame en vain depuis un an une réaction des pouvoirs publics.

La bête noire de Coyote

Un peu plus loin dans l'article, Didier Quillot fait cependant mine de ne pas considérer Waze comme un adversaire direct : il évoque "une application légèrement concurrente" et dit ne pas avoir constaté de ralentissement de son activité. Pourtant, en l'accusant pour la deuxième fois en quelques mois de ne pas respecter la réglementation française, Waze apparaît bien comme la nouvelle bête noire de Coyote, qui fonctionne grâce à des abonnements payants d'environ 12 euros par mois. Gratuit et reposant sur les informations croisées d'un nombre croissant d'utilisateurs, la petite start-up israélienne bénéficie notamment de son intégration à Google Maps mise en place depuis son rachat.

 

 

Changement d'attitude

En octobre 2012, le même Didier Quillot affichait pourtant une confiance à toute épreuve face à l'arrivée de Waze. Dans une interview réalisée par Challenges à l'occasion du salon de l'automobile, le patron de Coyote se livrait d'ailleurs à une violente charge contre les services gratuits : "ce qui est gratuit a moins de valeur parce que c'est moins fiable et moins qualitatif que les informations remontées en tant réél par notre base d'abonnés", ajoutant qu'il ne croyait pas au modèle de la "publicité sur mobile".

Mais en affrontant Waze, Coyote s'oppose désormais à Google, qui a démontré la viabilité de ce modèle. En 2013 selon une étude du cabinet eMarketer, le géant américain devrait ainsi capter plus de la moitié des 16,6 milliards de revenus générés par la publicité sur appareils mobiles.

Julien Bonnet

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale