Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

AirBnB se muscle (encore) financièrement... et contre-attaque San Francisco

Levée de fonds Vu ailleurs Selon plusieurs sites américains, AirBnB prépare une levée de fonds qui le valoriserait 30 milliards de dollars. Fort de cette puissance, la plate-forme contre-attaque face aux exigences des villes, et plus particulièrement de sa ville natale San Francisco.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Face à San Francisco, AirBnB contre-attaque
AirBnB se muscle (encore) financièrement... et contre-attaque San Francisco

La double actualité d’AirBnB démontre, s’il le fallait encore, la puissance prise par la plate-forme. Après avoir augmenté sa dette mi-juin d’un milliard de dollars auprès de plusieurs banques, comme le rapportait le Wall Street Journal, elle serait en quête d’une nouvelle levée de fonds. Une opération qui le valoriserait à 30 milliards de dollars, selon le New-York Times. Trois fois plus qu’il y a seulement deux ans.

 

En plus de la gestion de sa croissance et de la poursuite de son développement international, le Californien veut aussi financer le développement des services complémentaires à son offre comme l’expliquait son VP produit, Joe Zadeh à L’Usine Digitale le 20 juin. Après le recrutement d’un nouveau directeur financier, l’an dernier, le New-York Times y voit aussi le signe d’une possible volonté d’entrer en bourse.

 

La plate-forme poursuit San Francisco en justice

Et il semble que sa puissance donne des ailes au géant. Désormais surveillé de près, tout comme Uber, par de nombreuses villes comme New-York ou Berlin, il a décidé de riposter. Dans sa ligne de mire, sa ville natale, San Francisco. Elle lui réclame la liste des hébergeurs de courte durée qui ne se sont pas déclarés auprès d’elle comme elle les y oblige – une majorité d’entre eux – et le paiement du total des amendes de 1000 dollars par contrevenant, comme le relate Forbes. Too much cette fois pour AirBnB ! La plate-forme contre-attaque avec une plainte contre la ville. Elle y invoque la loi fédérale qui empêche de tenir les sites Web responsables pour le contenu publié par leurs utilisateurs.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media