Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Airbus à la tête d'un consortium européen qui planche sur un réseau de communication quantique

Un consortium mené par Airbus réfléchit à la base de l'internet quantique européen. La Déclaration EuroQCI qui met en place ce consortium vise à sécuriser les communications entre les infrastructures critiques et les institutions de l'Union européenne grâce à des technologies et systèmes quantiques.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Airbus à la tête d'un consortium européen qui planche sur un réseau de communication quantique
Airbus à la tête d'un consortium européen qui planche sur un réseau de communication quantique © CNIL

Airbus, Leonardo ou encore Orange étudient la conception du futur réseau européen de communication quantique dans le cadre de la déclaration EuroQCI (quantum communication infrastructure). Le but : sécuriser les communications entre les infrastructures critiques et les institutions de l'Union européenne grâce à des technologies et systèmes quantiques.

Le consortium EuroQCI mené par Airbus voit aussi la participation de PwC France et Maghreb, Telespazio (une joint-venture détenue par Leonardo et Thales), le Consiglio Nazionale delle Ricerche (CNR) et l'Istituto Nazionale di Ricerca Metrologica (INRiM). Il doit réfléchir à comment intégrer des technologies et systèmes quantiques aux réseaux de communication terrestres par fibre optique et par satellite.

Une couverture complète de l'UE
La Déclaration EuroQCI, qui vise à mettre en place la base de l'internet quantique européen et concerne le développement de l'infrastructure de communication quantique, a été signée en juin 2019 par 26 Etats membres. L'intégration de technologies quantiques pour les réseaux de communication doit permettre de protéger contre les cyberattaques les systèmes de chiffrement européens et les infrastructures critiques comme les institutions gouvernementales, les services de contrôle du trafic aérien, les établissements de santé, les banques et les réseaux électrique.

L'idée est de connecter les ordinateurs, simulateurs et capteurs quantiques via des réseaux dédiés pour partager les informations de manière sécurisée. A terme, l'ambition est d'assurer une couverture complète de l'UE et des autres continents. Mais le chemin est encore long avant de parvenir à ce résultat.

Un démonstrateur pour 2024
Le premier service concerné par la mise en place et l'utilisation de ce réseau de communication quantique est la distribution de clé quantique (QKD pour Quantum key distribution). "Le service QKD transmettra des clés de chiffrement par le biais de canaux de communication quantique sur des liaisons terrestres en fibre optique et des liaisons laser spatiales, expliquent les partenaires. Les états photons quantiques protègent les systèmes de distribution de clés d’éventuelles vulnérabilités actuelles".

Pendant 15 mois, les membres du consortium vont réfléchir aux spécifications du système et à la conception du segment terrestre assurant le fonctionnement QKD. Ils doivent établir plus précisément un planning de déploiement et un budget en sachant que l'objectif est d'exécuter un démonstrateur d'ici 2024 et de déployer un premier service opérationnel d'ici 2027. La Commission européenne, quant à elle, va s'appuyer sur ces recherches pour élaborer des normes et standards pour l'UE.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.