Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Alcatel-Lucent pose son Nuage dans la Silicon Valley

Alcatel-Lucent propose désormais un outil de gestion dynamique du réseau pour les clouds de très grandes entreprises. Objectif : s’ouvrir un nouveau marché. Pour développer Nuage Networks, il a innové avec sa propre start-up interne, en pleine Silicon Valley.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Alcatel-Lucent pose son Nuage dans la Silicon Valley
Alcatel-Lucent pose son Nuage dans la Silicon Valley © D.R.

Pour se sortir de sa situation difficile – en particulier, face à une clientèle d’opérateurs eux-aussi en recherche de revenu- Alcatel-Lucent cherche à atteindre de nouveaux marchés. Et c’est bien ce qu’il compte faire avec son nouveau Nuage Networks.

Un ensemble de produits, qu’il a décidé de développé il y a trois ans, spécifiquement pour les grandes entreprises qui disposent de clouds imposants, pour leur propre usage ou pour les commercialiser. Dans des secteurs verticaux comme la santé, les banques, les fournisseurs d’énergie, chez les grands acteurs d’Internet, ou les opérateurs de clouds.

Aujourd’hui, il est déjà possible d’allouer de façon dynamique la puissance de traitement et le stockage des datacenters qui constituent le cloud. De quoi s’adapter à un pic de demande pour un e-commerçant par exemple. Mais pour arriver à la plus grande souplesse possible du cloud, il restait une dernière couche à virtualiser : le réseau.

C’est ce que fait la plate-forme logicielle Nuage Networks, qui permet de programmer logiquement, et non physiquement, l’allocation des ressources du réseau.

Une "spin-in" en pleine Silicon Valley

Pour développer les outils de Nuage, Alcatel-Lucent n’a pas utilisé son circuit habituel d’innovation. Il a monté une équipe spécifique constituée des meilleurs éléments de sa division IP, d’experts de ses Bell Labs, mais aussi d’ingénieurs recrutés chez les équipementiers Cisco et Juniper, l’éditeur d’outils de virtualisation VMware, et même chez Yahoo.

Cette équipe indépendante de l’entreprise, travaille dans un bâtiment qui lui est propre, en face des bureaux de l’équipementier, à Mountain View. Au cœur de la Silicon Valley. Elle a son propre directeur général, Sunil Khandekar, arrivé chez Alcatel-Lucent en 2003 à la faveur justement du rachat d’une start-up californienne et anciennement à la tête de la division IP. Elle a développé le produit et le commercialisera.

Mais Nuage Networks est une entité à part entière de l’entreprise Alcatel-Lucent. Une "spin-in", dit-on en Californie. L’équipementier français avait suivi un processus similaire avec son routeur cœur de réseau IP annoncé l’an dernier. Cette fois, Alcatel-Lucent avait "acheté" une petite équipe spécialisée dans la technologie et en avait même gardé le lieu de travail secret !

A l’heure où il entame une forte réorganisation, on peut se demander si l’équipementier français procédera de plus en plus que de cette façon pour ses prochains produits. La compétence de ses Bell Labs sur son cœur de métier, l’équipement télécoms, et le fait que certains des chercheurs de ces centres de recherche aient intégré l’équipe Nuage semblent indiquer l’inverse, pour l’instant. Le nouveau PDG, Michel Combes, qui prend ses fonctions ce 2 avril, pourrait en décider autrement. Il annoncera son plan stratégique en juin. 

Un marché potentiel de 3,7 milliards de dollars en 2016

En attendant, la spin-in Nuage Networks a déjà fait ses preuves. Alcatel-Lucent a signé des contrats avec quatre clients, qui vont expérimenter son Nuage dès maintenant : l’opérateur français SFR, le Canadien Telus, le prestataire britannique de cloud Exponential-e et l’établissement de santé University of Pittsburg Medical Center (UPMC).

Dans une étude mise à jour en mars 2013 par le cabinet IDC, le marché du SDN (Software Defined Network), la technologie derrière Nuage, n’est estimée qu’à 360 millions de dollars cette année. Mais il devrait grimper à 3,7 milliards de dollars dès 2016. Un marché qui englobe tous les équipements, logiciels et services du SDN, au-delà des seuls logiciels comme Nuage.

Reste que le terrain est déjà bien occupé. Pour Alcatel-Lucent, la concurrence se situe davantage du côté de Cisco que des habituels équipementiers télécoms Ericsson, Huawei ou Nokia Siemens Networks. L’Américain, originaire du monde des réseaux d’entreprise, a lui-aussi lancé une "spin-in" spécifique l’an dernier. Mais les observateurs du SDN citent aussi HP, Juniper, IBM, et autres Brocade... 

Emmanuelle Delsol

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media