Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Alfred mise sur l'économie du partage pour automatiser les tâches ménagères

Alfred offre un service d'assistance personnalisé qui permet de planifier et automatiser les tâches ménagères. La start-up issue de Boston a gagné la compétition de la conférence Techcrunch Disrupt à San Francisco.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Alfred mise sur l'économie du partage pour automatiser les tâches ménagères
Alfred mise sur l'économie du partage pour automatiser les tâches ménagères © Nora Poggi

Durant trois jours, 26 start-up sélectionnées au préalable se sont affrontées sur la scène de la conférence Techcrunch Disrupt à San Francisco. La start-up Alfred Club, fondée en 2013 à Boston par deux étudiantes de la Harvard Business School aux Etats-Unis, est la grande gagnante de la compétition. Le jury était notamment composé de Marissa Mayer, patronne de Yahoo!, et d'investisseurs comme le célèbre Kevin Rose de Google Ventures. 

Un service à la demande fondé sur l'économie du partage

Alfred s'ajoute aux nombreux services à la demande qui existent déjà, tels Instacart (qui met à disposition des livreurs pour faire les courses), Washio (service personnalisé pour la lessive), ou Homejoy (personnel de ménage à la demande). Tous ces services, comme les VTC d'Uber ou Lyft, fonctionnent sur le principe de l'économie du partage qui met à contribution les particuliers pour créer des services toujours plus personnalisés.

Alfred se veut l'assistant ultime, et automatise toutes ces tâches pour éviter à l'utilisateur de devoir planifier quoi que ce soit. Le service utilise les commerces de quartier, privilégiant la meilleure qualité possible.

UN Modèle freemium pour un service de luxe élargi

Le service entend se distinguer par sa qualité, le but : offrir une expérience luxueuse à moindre prix. Les membres s'abonnent à la semaine (25 dollars soit 19 euros) ou au mois (99 dollars soit 76 euros). Un "Alfred", leur est alors assigné, une personne qui deviendra leur assistant.

On peut consulter le profil de son Alfred, et vérifier ses antécédents. L'utilisateur choisit ensuite un jour fixe de la semaine durant lequel les tâches doivent être effectuées. Il doit aussi fournir une liste de courses standard. "Alfred" peut aussi demander à venir prendre des photos du contenu du réfrigérateur ou du garde-manger pour identifier les habitudes de rangement de son client.

Au fil des semaines, l'application compile plus d'informations sur les habitudes et préférences des utilisateurs pour anticiper leurs désirs et automatiser au mieux leurs souhaits. L'utilisateur n'a plus vraiment besoin de consulter l'application à moins de vouloir faire des modifications à sa liste de courses. Tout est automatisé. "Alfred" vient ensuite chaque semaine ranger le linge, les courses, faire le lit, remplacer le papier toilette, ou bien effectuer toute autre tâche nécessaire.

UNE Optimisation géographique

La start-up a déjà établi des partenariats avec des services à la demande, afin de répartir au mieux les assistants et d'éviter des "embouteillages" avec ces autres services personnalisés. De la même façon qu'Uber optimise la répartition de sa flotte de conducteurs selon la demande et la localisation. Ainsi, un "Alfred", planifie un seul voyage dans un même quartier pour effectuer toutes ses tâches au même moment.

La start-up ne couvre que la ville de Boston aux Etats-Unis pour l'instant, où elle a servi 5 000 résidences durant sa période test. New-York est la prochaine étape. L'équipe crée aussi des partenariats avec les propriétaires d'immeubles pour éventuellement offrir le service aux locataires et l'intégrer au loyer.

Nora Poggi

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale