Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Alibaba et Ant Group pourraient être nationalisés, selon des médias chinois

Vu ailleurs En Chine et en Asie, plusieurs médias rapportent des propos tenus au plus haut sommet de l’Etat. Pékin souhaiterait faire un exemple d’Alibaba et nationaliser le géant chinois, toujours au cœur d’une enquête pour ses pratiques jugées anticoncurrentielles.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Alibaba et Ant Group pourraient être nationalisés, selon des médias chinois
Alibaba et Ant Group pourraient être nationalisés, selon des médias chinois © Alibaba

Plusieurs medias asiatiques évoquent un durcissement des autorités chinoises envers le géant Alibaba. Selon, en autres, l’International Business Times, Pékin travaillerait sur un plan de nationalisation du géant du commerce et du groupe Ant.

Une expansion jugée "désordonnée" 
Le média économique s’appuie sur deux éléments principaux. D’abord sur une enquête approfondie des autorités, qui mènent depuis le mois de novembre des investigations quant à des "activités monopolistiques présumées". Ces investigations impliqueraient désormais la Banque populaire de Chine, la Commission chinoise de réglementation bancaire, la Commission chinoise de réglementation des valeurs mobilières et l’Administration d’État des changes.

Les différents articles consacrés à une éventuelle nationalisation citent par ailleurs des propos qui auraient été tenus au plus sommet de l’Etat. Le très officiel Quotidien du Peuple cite les propos d’un porte-parole officiel du parti communiste chinois, qui explique que le "travail anti-monopole" du gouvernement conduirait à "un meilleur développement" de la société et "devrait être renforcé pour empêcher l'expansion désordonnée" de l’entreprise. Selon cette source, la volonté de nationaliser Ant Group et Alibaba ne fait aucun doute, le gouvernement souhaitant faire de la société fondée par Jack Ma "un exemple".

Toujours aucune nouvelle de Jack Ma
Ces rumeurs, qui s’accompagnent des incertitudes soulevées par la grande discrétion de Jack Ma (qui n’a pas fait d’apparition publique depuis fin octobre et la tenue d’un discours critique envers les banques traditionnelles), ont provoqué une baisse du titre de l’ordre de 8%. La pression des autorités a bloqué l'entrée en bourse de sa société Ant, la branche financière du groupe, à la fin du mois de décembre. A noter qu’Alibaba, qui précise "coopérer" avec les enquêteurs, n’est pas la seule entreprise à être au cœur d’une enquête antitrust, puisque le géant des réseaux sociaux Tencent et l’e-commerçant Meituan sont également concernés.

Difficile pour autant de tirer des conclusions définitives sur l’avenir de l’empire bâti par Jack Ma. Mais les autorités semblent vouloir reprendre la main sur les grandes réussites économiques du pays. Xi Jinping, président chinois et secrétaire général du Parti, avait déclaré en octobre dernier vouloir de rendre l’économie plus contrôlée par l’État et réorienter l'offre vers la demande intérieure.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media