Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Alibaba veut créer un fonds doté de 316 millions de dollars pour les start-up de Taïwan

Le chinois a annoncé la création d’un fonds de capital-risque pour accompagner les jeunes pousses taïwanaises de m-commerce utilisant ses propres plates-formes. Mais les autorités du pays l’ont sommé de cesser ses activités dans l’île dans les six mois. Alibaba avait annoncé au début de février 2015 la mise en place d’un fonds destiné aux start-up de Hongkong.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le géant Alibaba veut accompagner les jeunes pousses. Le chinois a présenté, le 2  mars 2015, les détails d’un projet de fonds de capital-risque doté de 316 millions de dollars (250,5 millions d’euros) destiné aux start-up taïwanaises de m-commerce (le commerce mobile) qui démarrent et se développent grâce à ses propres plates-formes. Ce fonds devrait être opérationnel dans le second semestre de 2015, dès que toutes les autorisations nécessaires auront été délivrées par les autorités de l’île. Mais les projets du chinois pourraient être contrariés : il vient de se voir infliger une amende (modique) de l’équivalent de 3406 euros, signifier l’obligation de cesser ses activités commerciales sur l’île et de transférer ses actifs hors du pays.

Le chinois est prêt à répondre aux exigences

D’après la Commission des investissements de Taïwan, Alibaba "a violé les réglementations de Taïwan sur les investissements qui stipulent que les investisseurs du continent ne peuvent monter des sociétés en tant qu'investisseurs étrangers". Le chinois, qui n’a à ce jour pas présenté les documents demandés par la commission, a déclaré être prêt à les fournir. "Nous allons activement communiquer avec les autorités et fournir les pièces justificatives demandées pour [nous] conformer aux nouvelles exigences", a fait savoir le groupe dans un communiqué. En toile de fonds, le contexte géopolitique régional. Malgré le réchauffement des relations commerciales et économiques depuis les années 2000 entre Taïwan et la Chine continentale, cette dernière est toujours considérée par les autorités de l’île comme un ennemi politique. Les autorités insulaires imposent des règles spécifiques aux investissements chinois dans leur économie.

Les start-up taïwanaises ne sont pas les seules auprès desquelles Alibaba est prêt à prendre des risques. Au début du mois de février 2015, il a annoncé la création d'un autre fonds de capital-risque doté de 129 millions de dollars (102 millions d’euros) destiné aux jeunes pousses de Hongkong.

Luis Ivars

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media