Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Alipay se lance à la conquête des petits commerçants européens

A l’occasion de la conférence Alipay Partners Global Summit, qui s’est tenue jeudi 14 novembre à Londres, la plate-forme de paiement opérée par Ant Financial a précisé sa stratégie sur le Vieux Continent : Alipay espère convaincre 10 millions de commerçants européens d’accepter sa solution d’ici 2024. L'objectif est notamment de mieux répondre aux besoins de la clientèle touristique chinoise.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Alipay se lance à la conquête des petits commerçants européens
Alipay se lance à la conquête des petits commerçants européens © a156

Il faudra compter sur Alipay en Europe. Tout comme Alibaba, sa maison-mère, qui séduit de plus en plus de marques occidentales et qui va ouvrir un premier site logistique en Belgique en 2021, ou encore AliExpress qui a récemment ouvert un magasin à Madrid. La société Ant Financial, qui édite Alipay, a affirmé ses ambitions sur le Vieux Continent à l’occasion de l’événement Alipay Partners Global Summit, qui s’est tenu ce jeudi 14 novembre à Londres.

 

Séduire 10 millions de PME en 5 ans

L'entreprise y a annoncé son objectif d’accompagner 10 millions de petites et moyennes entreprises en Europe au cours des cinq prochaines années. Un objectif réalisable "grâce à sa technologie innovante qui permet aux commerçants d’offrir leurs services et d’assurer des transactions avec plus de 2 milliards de clients potentiels venant du monde entier", expose la société chinoise devant ses partenaires et clients européens réunis lors de cette journée.

 

Concrètement, Alipay poursuit son positionnement de facilitateur d’achats réalisés auprès des commerçants par les touristes en provenance d’Asie, et notamment de Chine. "Nos solutions innovantes sont là pour aider les commerçants européens à mieux servir le nombre croissant de touristes, ainsi que les e-consommateurs du monde entier qui effectuent des achats en Europe", résume Eric Jing, PDG du groupe Ant Financial. Pour y parvenir, l'entreprise compte d’abord sur ses partenaires. "Notre objectif est d'améliorer la manière dont les particuliers et les entreprises effectuent leurs transactions et leurs paiements, en nous appuyant sur la force de nos partenariats", ajoute Eric Jing.

 

1,2 milliard d'utilisateurs

"Les commerçants de toute l'Europe seront en mesure d'augmenter la fréquentation et les dépenses effectuées par les touristes en provenance de toute l'Asie dans leurs commerces", avance la société. Des potentialités difficiles à estimer : Alipay compte aujourd’hui plus de 1,2 milliard d'utilisateurs grâce entre autres à ses partenariats avec des portefeuilles numériques locaux en Corée du Sud, en Thaïlande, en Malaisie, aux Philippines, en Indonésie, en Inde, au Bangladesh et au Pakistan.

 

La société chinoise a d'ailleurs annoncé une collaboration "élargie" avec la société de services de paiement et de transactions Worldline, son partenaire depuis 2016, et qui travaillera pour la première fois avec ses partenaires asiatiques. La société européenne lancera d'ailleurs en 2020 un logiciel pour pointe de vente destiné à la mobilité, qui sera compatible avec les achats effectués via les QR Code d’Alipay.

 

Franprix, Maje et Etam ont dit oui

En Europe, où Alipay indique avoir "quelques dizaines de milliers de commerces" utilisant déjà sa solution, et plus particulièrement en France, première destination des touristes chinois, la stratégie d’Alipay est claire. Dans l’Hexagone, le déploiement de sa solution dans le réseau de magasin Franprix – soit plus de 800 commerces – a été entamé en octobre dernier. La société s’est aussi associée avec les grands acteurs bancaires locaux – la Banque Postale, BPCE, BNPParibas ou encore la Banque Edel – pour multiplier le nombre de commerçants acceptant Alipay.

 

La société a pour le moment conquis les grands magasins, des acteurs du luxe, mais aussi des enseignes premium (Sandro, Maje) ou plus accessibles comme celles du groupe Etam. "L’un de nos axes de développement est le déploiement auprès des commerces de proximité", explique Jean-Cyrille Girardin, directeur des partenariats d’Alipay en France. Mais de nombreux secteurs comme les transports (taxis, VTC) et la restauration sont encore loin de rejoindre le mouvement. "Les freins au déploiement d’Alipay en Europe sont essentiellement technologiques", précise Jean-Cyrille Girardin.

 

 

Imbriquer tourisme et retail

Autre volet de cette stratégie d’accompagnement : In App, la solution de "mini-programmes" d'Alipay. Lancée en juillet 2018 en réponse aux mini-apps de WeChat, elle permet aux développeurs indépendants et aux entreprises situées dans les aéroports de créer des "lite apps" et de proposer des recommandations personnalisées aux touristes. Exemple avec l'aéroport international de Hong Kong, dont le mini-programme permet de réaliser ses achats Duty Free en ligne avant d'arriver à l'aéroport et de les récupérer 90 minutes après la commande.

 

In App permet aux développeurs d'intégrer de multiples services dans leur mini-programme : informations sur les vols, conseils pour le transfert et l'arrivée, messagerie instantanée. L’utilisateur peut également réserver un moyen de transport ou se commander à manger. Et de nouvelles fonctionnalités arrivent, comme la possibilité pour les mini-programmes de proposer des coupons électroniques et des avantages Alipay.

 

Lié à Fliggy, la plate-forme de voyage en ligne d’Alibaba, In App permet de proposer des offres avant le départ d’un voyageur. Cela inclut des services comme la réservation d’un taxi, d’un hôtel... mais aussi l’achat de places de cinéma, le règlement de factures, et même la prise de rendez-vous avec un médecin, ou encore l'achat de produits de gestion de patrimoine directement depuis l'application.

 

Un positionnement d’application du quotidien

Cette stratégie témoigne de l’évolution d’Alipay depuis sa création, en 2004. D’abord conçue comme une solution de paiement, la plate-forme a progressivement évolué vers une offre de services. Une dimension très visible du côté consommateurs, mais également du point de vue des entreprises, qui peuvent désormais compter un accompagnement à la fois technique et marketing. "Le paiement n'est plus seulement l'étape finale de la transaction. C'est le moyen d'engager et de fidéliser", rappelle Eric Jing. Et pour cause : en multipliant les points de contacts avec les utilisateurs dans leur vie quotidienne, le géant chinois fournit aux marques, retailers et autres acteurs de son écosystème des milliards de données sur leurs préférences, leurs habitudes, et bien sûr leurs achats.

 

Des informations précieuses en Chine, mais également en Europe où le groupe mondial espère bien asseoir son leadership. "L’Europe est le continent le plus important", répète Angel Zhao, Présidente d'Alibaba Global Business Group, en clôture de l’événement. Connecter la Chine à l’Europe et rafler les opportunités de business, un pari possible ? A l’occasion de la Golden Week d'octobre (semaine de vacances célébrant la fête nationale chinoise), les touristes chinois utilisant Alipay ont dépensé 1 273 euros par personne en moyenne dans les magasins français.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media