Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Alliantech développe une plateforme multi-sensorielle pour des applications de surveillance critique

Spécialiste des solutions de mesures acoustiques et vibratoires, Alliantech, dont les équipes d'ingénierie sont basées à Toulouse, se lance dans le développement d'une plateforme multi-sensorielle intelligente et connectée pour des applications de surveillance critique. Un projet accompagné par France Relance, qui doit contribuer à accélérer la diversification de la société.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Alliantech développe une plateforme multi-sensorielle pour des applications de surveillance critique
Alliantech développe une plateforme multi-sensorielle pour des applications de surveillance critique © Alliantech

Alliantech, qui a vu son chiffre d'affaires reculer d'un peu plus de 15% en 2020 (par ricochet du coup de frein subi par l'aéronautique qui pèse pas loin de 40% de ses activités), table sur l'innovation technologique pour retrouver le chemin de la croissance. La société a décidé d'engager 2 millions d'euros d'investissement dans le développement d'une nouvelle plateforme sensorielle connectée, adaptée aux applications 4.0 de surveillance critique dans l'industrie.

L'objectif est de mettre au point un outillage intelligent et très intégré, de la taille d’une box, facile à mettre en oeuvre, pour accompagner la digitalisation d'applications de surveillance d'équipements, d'infrastructures ou de sites industriels. Le projet, baptisé Atomic Brain, lauréat de France Relance, au titre du fonds de soutien à la modernisation et à la diversification de l’aéronautique, bénéficie d’un accompagnement de l’Etat à hauteur de 800 000 euros.

Accélérer le développement de produits propres
L'ambition d'Alliantech est d'accélérer le développement de produits propres, un axe engagé depuis quelques années, et d'accompagner sa diversification. Spécialisée dans la fourniture de capteurs et de biens d'équipement destinés aux applications d’instrumentation pour les mesures dynamiques (acoustique, vibration, pression...), la société, créée en 1999, s'est lancée très vite dans la conception et la réalisation de solutions globales sur cahier des charges.

Puis, à partir de 2017, avec l'implantation à Toulouse d'un bureau d'études et d'ingénierie intégré, elle s'est engagée dans le développement de sa propre gamme de produits. A son actif notamment, toute une famille de petits boîtiers portables dédiés aux mesures acoustiques et vibratoires, avec le développement d'applications sur smartphone.

Une plateforme intelligente et communicante, orientée bas coûts
"Avec Atomic Brain, le principal défi technologique va consister à mettre en œuvre un système capable d'intégrer des données issues de capteurs de différentes natures et de les faire converger pour proposer des solutions adaptables aux besoins de nos clients, via leurs propres systèmes d'information, dans une démarche 4.0", explique Daniel Leroy, président d'Alliantech.



La plateforme pourra ainsi intégrer les données de mesure provenant de capteurs d’acoustique, de vibration, de pression, d’analyse chimique ou de vision, analyser ces données grâce à des algorithmes d'intelligence artificielle, et permettre d'assurer à distance des missions telles que la surveillance de machines critiques, du contrôle d’accès, de la détection de feux, ou encore de la gestion de grands équipements (barrages, installations de production d'hydogène…).

Le système sera intelligent, connecté et autonome en énergie (une option avec alimentaire solaire est prévue selon le requis de l’application ciblée), pour détecter automatiquement un problème, sélectionner une solution et même déclencher certaines interventions. "Nous allons mettre à contribution une cinquantaine de partenaires industriels pour le choix des capteurs et de diverses briques technologiques, avec le double objectif de conjuguer une très bonne performance métrologique et une orientation bas coûts pour adresser au mieux les différents marchés", souligne le chef d'entreprise.

Une dizaine de recrutements à Toulouse dès 2021
Dès les prochaines semaines, les équipes toulousaines vont être étoffées d'une dizaine d'ingénieurs supplémentaires, des spécialistes en vision, en logiciels embarqués, en mécatronique et en gestion de projet. Alliantech se donne deux ans de R&D avant une sortie commerciale du produit, prévue à l'horizon 2022, début 2023.

La société, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 4,8 millions d'euros en 2020, en recul sur les 5,9 millions réalisés en 2019, prévoit de doubler son chiffre d'affaires d'ici 3 ans. Créée en 1999, Alliantech, dont le siège social est à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), emploie actuellement 35 salariés, dont une quinzaine au siège, une douzaine à Toulouse et 7 répartis entre Lyon, Avignon et Bourges.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.