Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Alltricks, l'Oscaro du vélo, pédale à toute vitesse

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Levée de fonds Le site marchand Alltricks, spécialisé dans les accessoires pour vélo, le running et l'outdoor, vient de boucler un troisième tour de table. Le e-commerçant entend franchir les 150 millions d'euros de volume d'affaires à l'horizon 2021. Il mise sur l'international, le développement de ses propres marques et le déploiement d'un programme complet baptisé Connect. Alltricks cherche aussi à se faire connaître dans le monde physique.

Alltricks, l'Oscaro du vélo, pédale à toute vitesse
Alltricks, l'Oscaro du vélo, pédale à toute vitesse © Alltricks

Alltricks.com, le site marchand spécialisé dans les pièces détachées de vélo, le running et l'outdoor, vient d'officialiser une levée de fonds de 7,3 millions d'euros auprès d’Entrepreneur Venture, 123 Investment Managers, quatre business angels et de ses actionnaires historiques Partech Ventures, Sonorfi et Financière de la Gommerie.
Avec 130 collaborateurs, 2 millions de visiteurs uniques mensuels, 500 000 colis expédiés en 2016 et 53 millions d'euros de revenus annuels, l'e-commerçant accélère incognito. Une belle croissance, sur un secteur de niche, qui tient à plusieurs choix stratégiques.

 

Des accessoires de vélo à l'outdoor

"Nous avons commencé en mai 2008 sur la pièce détachée de vélo. C'est pour cela qu'on nous surnomme souvent le petit Oscaro du vélo (en référence à Oscaro.com, le site de pièces détachées de voiture, ndlr)", explique Gary Anssens, fondateur et CEO de l'entreprise. Pourquoi s'être lancé sur ce marché, a priori, relativement limité ? "Je pratique le vélo depuis mon plus jeune âge. A 20 ans, j'ai eu un accident et me suis cassé la colonne vertébrale en quatre morceaux. J'ai dû arrêter mon cursus scolaire et je n'ai jamais repris mes études", raconte Gary Anssens.

C'est pendant cette période, depuis sa chambre d'hôpital, qu'il découvre l'informatique. En 2005, il monte un premier site e-commerce de véhicules motorisés importés d'Asie, puis le revend. "C'est ce qui m'a permis d'acquérir une première expertise", précise-t-il. En 2008, le passionné reprend le cyclisme et est confronté à différents besoins. Il se rend compte qu'il y a peut-être une place pour un spécialiste en ligne. "Au niveau de la trésorerie et de logistique, c'était plus simple de se lancer dans la pièce détachée que dans le vélo complet", ajoute l'entrepreneur. C'est la naissance d'Alltricks.fr.

 

Une logistique intégrée et mécanisée

Depuis, le site s'est diversifié pour répondre aux besoins de ses clients, dont le profil est celui de sportifs assidus. Alltricks propose désormais des vélos complets, mais aussi des articles pour la course à pied et l'outdoor estival, c’est-à-dire la randonnée, le camping de montagne et les trails. Le catalogue d'Alltricks peut gonfler jusqu'à 60 000 références, selon la disponibilité des stocks. Une gestion complètement intégrée depuis la création de l'entreprise. L'e-commerçant a ainsi récemment inauguré une plate-forme logistique de 17 000 mètres carrés à Châteaudun (Eure et Loir), en partie mécanisée. "Une chaîne centrale qui fait le tour du bâtiment permet d'automatiser l'acheminement et le regroupement des articles pour la préparation d'une commande", détaille le CEO.

 

Résultat, pour une commande passée la veille avant 18h, le client peut être livré dès le lendemain matin à 9h, s'il sélectionne un mode de livraison express. Une offre qu'Alltricks pousse à travers un service premium, directement inspiré d'Amazon Prime. Pour une souscription annuelle de 19 euros, les clients peuvent bénéficier de livraisons express gratuites, d'offres exclusives, de contenus adaptés (programme d'entraînement ou de nutrition par exemple) et d'un délai de retour étendu à 100 jours.

 

Devenir un acteur européen

Grâce à sa dernière levée de fonds (la 3e depuis sa création), Alltricks entend accélérer son développement à l'international. Pour l'heure, 80% des revenus de l'entreprise proviennent de son marché domestique. Les pays visés sont l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne et le Portugal. Le site marchand souhaite également mettre l'accent sur ses marques propres. Aujourd'hui, deux sont commercialisées : Neatt (accessoires et pièces détachées pour le vélo) et LeBram (des maillots et cuissards en textile technique fabriqués en France).

 

Le dernier axe de développement s'articule autour du projet Connect. Actuellement testé par une poignée de vendeurs, ce programme dépasse la simple place de marché. "Avec Connect, un partenaire peut connecter son catalogue sur notre site, nous l'informons d'une vente et prélevons une commission. La deuxième étape, c'est l'accompagnement. Nous pouvons proposer différents contenus, comme la création d'un catalogue ou la réalisation de séances photo, d'une présentation vidéo ou même organiser des sessions de tests auprès de nos ambassadeurs", détaille Gary Anssens. La partie logistique constitue la dernière brique du programme. Alltricks propose d'aller au-delà des services de fulfillment développés par les grandes marketplaces, comme Amazon ou encore Zalando. L'idée est de gérer toute la logistique des revendeurs, et pas uniquement leur logistique liée aux ventes réalisées sur Alltricks.fr.

 

S'imposer dans le monde physique

Avec ces pistes de développement, l'e-commerçant français entend viser la barre des 150 millions d'euros de volume d'affaires d'ici à 2021. L'enjeu pour Alltricks est de se démarquer de la forte concurrence européenne. Le site marchand ne considérant pas Décathlon comme son principal concurrent, de par son positionnement (plus loisir et grand public), et "sa faible digitalisation". Un argument qui ne l'empêche pas, à l'inverse, de lorgner une activité de distribution physique dans une logique d'omnicanalité. Alltricks a ainsi ouvert une première boutique dans les Yvelines et réfléchit désormais à quel modèle adopter pour élargir son réseau dans le monde réel. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale